La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Les orphelins de McEwan

février 2008 | Le Matricule des Anges n°90 | par Franck Mannoni

Le Jardin de ciment

Ian McEwan est plus qu’un auteur de best-sellers : en Grande-Bretagne, il est une véritable institution. Dans leurs interviews, les médias lui demandent ce qu’il pense d’Internet, de la religion ou du parcours de Salman Rushdie. Son roman Expiation vient d’être adapté au cinéma sous le titre Reviens-moi par Joe Wright, avec Keira Knightley en vedette. Le Jardin de ciment, premier roman de McEwan, a été publié en 1978. Il raconte comment quatre enfants se retrouvent seuls dans la maison familiale après les décès rapprochés de leurs parents. Pour éviter d’être placés, ils cachent à tous la mort de leur mère et dissimulent le corps. Leur jardin de ciment, perdu au milieu d’une forêt de béton, les isole de tout. La vie s’organise. Chacun essaie de vivre son deuil comme il le peut. À chaque âge sa problématique. Tom, le petit dernier, recherche l’affection et la chaleur physique de Julie, sa grande sœur. Sue, un peu plus âgée que lui, s’accroche aux deux aînés et fait le lien entre tous. Julie s’émancipe, hésite à jouer les mères de remplacement. Jack enfin, vit dans un monde où tout s’est arrêté. En conflit avec son père, il se reproche sa mort : « Je n’ai pas tué mon père, mais parfois j’avais l’impression de l’avoir un peu poussé vers la tombe ». Chaque membre de la fratrie manque de basculer dans une sorte de folie où toutes les pulsions se libèrent. Livre cru, souvent dur, Le Jardin de ciment est pourtant raconté avec le détachement, la sincérité et la tendresse que peuvent avoir les enfants face au tragique. Les désirs, les pulsions et l’identité sexuelle - la culpabilité, l’angoisse et l’agressivité : les quatre jeunes gens empruntent le chemin difficile qui les conduit du compromis vers l’équilibre. Une lutte instinctive pour la survie. Une quête d’absolu qui s’affranchit de tous les codes.

Le Jardin de ciment de Ian McEwanTraduit de l’anglais par Claire Malroux
Points-Seuil, 175 pages, 8

Les orphelins de McEwan Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°90 , février 2008.
LMDA papier n°90 - 6.50
LMDA PDF n°90 - 4.00