La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français En plein cœur

avril 2008 | Le Matricule des Anges n°92 | par Richard Blin

Nous sommes à Beyrouth, en pleine guerre. La narratrice se souvient. Elle a 15 ans, des ancêtres ottomans et étouffe au milieu d’une fratrie regroupée autour de sa grand-mère paternelle. Sa mère, qui en a eu assez d’être libanaise, « a voulu redevenir française, sans salamalecs ni chichis » et a quitté le pays. Indépendante et rebelle, l’héroïne de Yasmine Char a appris à vivre pami cet enchevêtrement de haines et de fraternités. Elle n’a peur de rien et maintenant qu’il lui faut traverser la ligne de démarcation pour aller au lycée français, dans le secteur chrétien, elle n’hésite pas longtemps avant de relever le défi.
Commence alors une histoire peu banale qui la conduira à rompre jusqu’au sceau de la dernière innocence. Dans un pays où le besoin de paraître est « plus fort que l’essentiel », c’est un magnifique oui à la vie qu’elle adresse. Elle le raconte avec une virginité de regard et un sens, aussi viscéral que cinématographique, de l’instant, qui donnent à son récit quelque chose de souverainement dégagé. Dans sa manière d’être comme dans son impatience à vaincre les limites, elle incarne l’éblouissante évidence de ce qui s’insurge contre la mort. Une mort pourtant omniprésente mais c’est paradoxalement au cœur de ce champ de forces dévastatrices qu’elle va connaître la joie interdite, avec l’amant, celui qui se dit correspondant de guerre, et vient de Paris comme sa mère. Elle y voit d’abord la main de Dieu, puis connaîtra ses mains à lui… De belles mains d’homme comme celles qu’on repêche parfois dans les piscines ou celles dont dépend le tir mortel. Une histoire d’amour qui connaîtra une fin aussi brutale qu’inattendue, et un très réussi premier roman qui, par-delà un cinglant portrait de jeune fille, montre comment se crée une destinée, même si c’est au prix de « cette insensibilité vengeresse » dans laquelle Baudelaire voyait un des caractères de la beauté virile.

La Main de Dieu de Yasmine Char
Gallimard, 104 pages, 10

En plein cœur Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°92 , avril 2008.
LMDA papier n°92
6,00 €
LMDA PDF n°92
4,00 €