La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Tableau de l’enfer

avril 2008 | Le Matricule des Anges n°92 | par Franck Mannoni

Être Hieronymus Bosch

Mon intérêt personnel pour Bosch me vient d’une étrange sensation qui me hante depuis ma jeunesse. J’ai le sentiment que, dans une de mes vies antérieures, j’ai été dans la peau d’un disciple de Hieronymus Van Aken et que j’ai contribué à la création de cette œuvre «  : Anatoli Koroliov fait référence au Jardin des délices du peintre flamand. L’écrivain russe, lieutenant de 1971 à 1973, est affecté à la surveillance d’un camp disciplinaire pour soldats. L’ancien étudiant, qui médite sur un roman portant sur la vie de l’artiste, y fait des songes teintés de métempsychose. Ces rêves lui permettent de s’échapper de l’enfer dans lequel il est plongé. C’est aussi pour lui, en transposant la souffrance dont il est le spectateur/acteur au quotidien, un moyen d’accepter son rôle dans l’appareil répressif : » Mon Bosch, c’était ma tour d’ivoire « . Koroliov, appelé comme témoin dans un procès tout brejnévien, fait pourtant partie de ceux qui sont étroitement surveillés par le KGB. L’un de ses crimes les plus graves contre l’État ? Avoir lu Boulgakov ! L’ironie de Koroliov est aussi une arme contre le Parti. Si le militaire ne perd pas la raison dans cette prison où les pires sévices sont infligés aux détenus, c’est sans doute parce qu’il se permet les délires les plus mystiques dans ses visions médiévales. Les passages au style flamboyant où l’officier se retrouve aux côtés du maître traduisent en mots les tableaux torturés du peintre et ses hallucinations expiatoires. Le mouvement pendulaire qui rythme le récit nourrit la réflexion de l’auteur. Sorti vainqueur de cette lutte schizophrène, Koroliov élargit son propos. Il évoque le processus créatif » Un artiste doit être un marécage dans lequel les anges s’enlisent « , les théories anarchistes » Lorsque les hommes auront leur espace à eux, on pourra leur demander de suivre leur conscience « et la métaphysique » Toute fragmentation du mal ne fait qu’accroître sa surface ". Un appel à la lutte face à l’oppression.

Etre Hieronymus Bosch d’Anatoli KoroliovTraduit du russe par Luba Jurgenson
Calmann-Lévy, 337 pages, 18

Tableau de l’enfer Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°92 , avril 2008.
LMDA papier n°92 - 6.50 €
LMDA PDF n°92 - 4.00 €