La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Un ange en enfer

mai 2008 | Le Matricule des Anges n°93 | par Franck Mannoni

Archanges

Roman a capella
Editions Gaïa

En 2005, Velibor Colic nous confiait (Lmda N°67) qu’il souhaitait se détacher de la guerre de Yougoslavie, un conflit qu’il avait vécu en tant que soldat avant de déserter : « J’évoque notamment un sniper qui tire sur une fille de 5 ans. Quand on relate ce genre de choses, on se dit que le métier d’écrivain s’arrête là. Est-ce qu’on peut se lancer dans un long discours ? Non ». L’auteur bosniaque replonge pourtant dans cet enfer avec Archanges, écrit directement en français, et de quelle manière ! Velibor Colic y mêle l’horreur : « au moment où le Duc l’a posée sur le lit, elle était déjà toute nue et à moitié morte. Elle était silencieuse, presque incorporelle. Et nous on voulait baiser, on était les vainqueurs et des soldats ivres, nous », et une esthétique poétique : « La femme est tombée doucement, comme de la neige, comme si elle cherchait la place de son repos éternel ». La mort est ainsi torture et délivrance.
Sous-titré « Roman a capella », Archanges est un récit à plusieurs voix qui réunit les bourreaux et leur victime. Senka, 13 ans, violée et exécutée, hante depuis une autre dimension son meurtrier. Celui-ci vit comme un clochard à Nice : « Je bois et je pue. Et j’invente mes poèmes ». Et puis il y a aussi le Duc, ce colosse fou, et ce poète lâche et vaguement idéologue. Tous à leur manière ont baigné leurs mains dans le sang. Certains passages sont presque insoutenables, notamment parce que Colic a choisi de s’interdire tout jugement. Il place le lecteur aux côtés des monstres, dans la configuration qui a rendu la barbarie possible. Dans ce texte au style percutant, l’innocence et la culpabilité, l’horreur et la beauté s’y épanouissent conjointement, jusqu’au malaise, à peine apaisé par l’énoncé de quelques vérités : « L’homme est pire qu’un chien ou qu’un âne, l’homme n’est qu’une grimace sur le visage de Dieu ».

Archanges de Velibor Colic
Gaïa, 157 pages, 16

Un ange en enfer Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°93 , mai 2008.
LMDA papier n°93 - 6.50 €
LMDA PDF n°93 - 4.00 €