La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Contre l’oubli

juin 2008 | Le Matricule des Anges n°94 | par Franck Mannoni

Mémoires d’hommes (précédé de) Les Matins bleus

La Mémoire des hommes ", c’est ainsi que se nomme le fichier du ministère de la Défense qui recense les fiches signalétiques d’un million trois cent mille soldats morts pour la France entre 1914 et 1918. Jean-François Dubois fait revivre la mémoire de quatre d’entre eux : deux oncles de sa mère et deux cousins de son père. Extraits de lettres, mélanges de dates, récits de batailles : qu’est-ce qui résume avec le plus d’exactitude la vie de ces sacrifiés ? Que privilégier ? L’écrivain tâtonne au fur et à mesure qu’il avance au cœur de ces quatre chapitres biographiques. Il multiplie les énumérations pour ne rien perdre, puis s’arrête sur un sentiment. Il interpelle ces fantômes dont l’image s’affirme plus il parle d’eux. Cette patiente reconstruction se fait avec le concours du lecteur. Car, bien évidemment, tout n’est pas dit. À chacun de tisser, comme les Parques, le fil d’une vie dont on ne connaît que la fin, inéluctable. Le travail sur la langue, sur les documents, la variété de tons de ce texte d’une grande richesse concentre en un nombre de pages minimum, les questions existentielles que pose la littérature. Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? Quelle place pour le lecteur ?
Si le livre est un objet fini, il est sans cesse réinventé par celles et ceux qui posent les yeux sur ses lignes. Julien, Pierre, Hubert et Jules deviennent ainsi mille personnages changeants. Quel hommage pour leur mémoire ! Dans le court texte qui précède Mémoire des hommes, Jean-François Dubois aborde les mêmes thèmes en évoquant la mort de sa mère. Il emprunte à la littérature des images et des mots : « Et qu’importe si la phrase n’est pas de moi puisqu’elle est vraie ». Pour lui, l’œuvre et la vie se confondent : « Je suis devenu cet homme qui ne peut s’empêcher de vivre ses émotions sans les rapporter à des écrivains, à des artistes ». Un écrivain qui ne se cache pas derrière son livre, mais se confond avec lui.

Mémoire des hommes (précédé de) Les Matins bleus de Jean-Francois Dubois, Apogée, 101 pages, 15

Contre l’oubli Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°94 , juin 2008.
LMDA papier n°94
6.50 €
LMDA PDF n°94
4.00 €