La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Triangle écorné

juin 2008 | Le Matricule des Anges n°94 | par Etienne Leterrier

À ceux qui prétendent l’écriture dramatique exigeante, Philippe Djian vient apporter
un démenti flagrant. Auteur en série des Doggy bag et de nombreux romans dont un certain 37°2 le matin, parolier de Stephan Eicher et de Johnny, le voilà publié aux éditions de l’Arche, avec sa première pièce, Lui. L’histoire tient dans un schéma à l’efficacité terrifiante. « Lui » est le genre « homme séduisant », un brin salaud, qui voit apparaître successivement dans son salon les trois figures d’un triangle féminin lourdement érotisé, chacune entrant en rivalité pour obtenir ses faveurs ou sa reddition.
Il y a d’abord Elsie, la seconde épouse « en tenue d’infirmière » et au registre possessif permanent. Puis Nicole, l’épouse torride de jadis avec laquelle « il y a eu beaucoup de sexe / trop ». Nicole a payé un peu cher son sex-appeal débordant puisqu’elle a été violée un soir sous les yeux de « lui » par des amis de ce dernier, tandis que celui-ci avait bu. Enfin, il y a Sylvie, la jeune voisine de « Lui », un peu amoureuse, qui passe de temps en temps en petite culotte pour changer une ampoule. Désinvolture dangereuse, qui pourrait lui faire subir le même sort que Nicole…
Le triangle féminin posé, ne reste à Philippe Djian que d’en occuper le centre avec ce « lui », personnage masculin d’une inconsistance grandiloquente. Optant pour l’introspection, la pièce fouille les tréfonds de l’âme de cet homme pris dans les rets du souvenir de trois sirènes aux visages changeants et dont les traits semblent parfois se superposer. Car Philippe Djian ne se veut pas seulement psychologue, il tente aussi d’être moderne. Souvent pour le pire : entre le drame d’un viol et la comédie de boulevard, Lui navigue à vue entre l’invraisemblable et le cliché. Rendant le tout aussi piquant que vain.

Lui de Philippe Djian, L’Arche, 91 pages, 11

Triangle écorné Par Etienne Leterrier
Le Matricule des Anges n°94 , juin 2008.
LMDA papier n°94
6.50 €
LMDA PDF n°94
4.00 €