La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Du coq à l’âne

juin 2008 | Le Matricule des Anges n°94

Rions un peu en ces temps de pénurie. Tristram remet en vente Le Tutu de la mystérieuse Princesse Sapho que l’éditeur auchois avait publié pour la première fois en 1991. Soyons honnêtes : il faut être sacrément constipé pour ne pas goûter à ces cocasseries en série, à cette langue débridée et raffinée qui annoncent à la fois Jarry, Allais et Audiard. De quoi s’agit-il ? D’un roman de « mœurs fin de siècle ». Maurice de Noirof, dit Mauri, en est le héros. Sa vie, une performance : il épouse une obèse portée sur l’absinthe, engrosse un phénomène de foire, devient ministre de la justice, et rêve de s’unir à maman. De prouesses ferroviaires à la fécondation de l’arbre par l’homme, d’une guillotine miniature anti-adultères à la culture de vibrions lactifères, tout se bouscule dans une joyeuse invention. « Ah, la Science confine à l’Infini », s’exclame Mauri. Et la fantaisie itou. Ce texte, « rhinocérossement » insolent, fut imprimé en 1891 par Léon Genonceaux, alors éditeur de Rimbaud et de Lautréamont. Mais pressé de fuir la justice, il le laissa dans les cartons. Ce qui posera au final un « petit problème d’histoire littéraire ». Qui se cache derrière Princesse Sapho ? On ne le sait. Mais il n’est pas interdit de chercher. En fin de volume, le bibliophile Pascal Pia, qui révéla l’existence du Tutu en 1966, Julián Ríos qui en tomba amoureux, et surtout Jean-Jacques Lefrère, en fin limier, livrent leurs pistes. Un autre roman s’ouvre. Au fait, « pourquoi ne lit-on pas de romans à Clermond-Ferrand » ?

Le Tutu de Princesse Sapho
Tristram, 241 pages., 23

Du coq à l’âne
Le Matricule des Anges n°94 , juin 2008.
LMDA papier n°94
6.50 €
LMDA PDF n°94
4.00 €