La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Je est un autre

juillet 2008 | Le Matricule des Anges n°95 | par Sylvain Guibert

De profundis, Valse lente (précédé de) Lettre à un ami nouveau

En 1995, l’écrivain portugais José Cardoso Pires est victime d’un grave accident vasculaire cérébral. Perte soudaine de l’identité, incapacité de lire et d’écrire, moments d’aphasie. Cet état limite durera deux semaines. Ce court récit autobiographique tente de dire cette expérience d’étrangeté à soi-même et au monde. L’entreprise est difficile : comment rendre compte d’une absence ? « Soudain je me tourne vers ma femme : « Comment est-ce que tu t’appelles ? »/ Pause. « Moi ? Edite. » Nouvelle pause. « Et toi ? »// « Je crois que c’est Cardoso Pires », ai-je alors répondu. »
Quelques souvenirs fragmentaires, déconnectés émergent peu à peu : ceux d’un homme n’ayant plus de mots pour nommer les choses, se servant d’une brosse à dents comme peigne. José Cardoso Pires écrit alors sur cet autre qu’il a été : « Au début, dans une situation ou une autre, il est arrivé que nous nous confondions et devenions un seul. Situations rarissimes, dois-je ajouter, brèves lueurs de conscience. Mais en un rien de temps il s’était perdu de moi et errait à travers l’hôpital, traînant une brume. » Ces notations, volontairement dépouillées, nous touchent en ce qu’elles montrent comment facilement peut vaciller ce qui définit la personne humaine. Les dernières pages restent présentes à la mémoire. Ce sont celles du retour à la vie. Un matin, il est réveillé « en pleine clarté par des éclats de rire qui crépitaient » autour de lui. Dans sa chambre, deux malades se font des farces en attendant d’être opérés. « Et d’éclater de rire, chacun sous les draps de la peur. » José Cardoso Pires décédera en 1999, après un nouvel accident vasculaire.

De profundis, valse lente de José Cardoso Pires
Traduit du portugais par Michel Laban
Gallimard, 96 pages, 10

Je est un autre Par Sylvain Guibert
Le Matricule des Anges n°95 , juillet 2008.
LMDA papier n°95 - 6.50 €
LMDA PDF n°95 - 4.00 €