La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue La poésie en écho

septembre 2008 | Le Matricule des Anges n°96 | par Emmanuel Laugier

Critique N°735-736 (Les intensifs, poètes du XXIe siècle)

On aurait pu attendre que la revue Critique, fondée par Georges Bataille, dédie son nouveau volume à une approche de la haine de la poésie. Il n’en est rien : sous le titre de « Les intensifs » et dans le cadre d’un siècle commençant (poètes du XXIe siècle),
il est question d’interroger dans un champ (déterminé) un certain nombre d’auteurs (seize ici), de « mettre en avant les « comment ? » de la lecture et de l’écriture, et revendiquer la liberté critique dans l’usage des associations et des affinités ». Bien. Le choix n’est certes pas arbitraire, autant que ne le sont pas ceux d’anthologies critiques dignes de ce nom. S’il se nominalise à partir d’une « logique intensive » propre à chaque écriture, on comprend aussi qu’il s’agit bien de continuer la lecture par-delà une classification générationnelle, chronologique, historique. L’intensif étant, est-il aussi précisé, éloigné des faux-semblants (lesquels ?) et des intentions théoriques (lesquelles ?), il constitue un « groupe informel » dans une « famille afamiliale ». Quatre poètes sont l’amorce de ce panorama critique (Anne-Marie Albiach, Jean Daive, Claude Royer-Journoud et Alain Veinstein). Ils forment « le carré », « un carré à angles ouverts, (…) qui arrondit ses angles », où infiniment les lectures vont se spiraler. Selon des affinités plus ou moins aléatoires, on verra Bernard Noël déplier une très fine approche de Albiach, Mathieu Bénézet lire avec une sensibilité à fleur de peau l’œuvre de Dominique Collobert, Hocquard exposer très habilement à partir (entre autres) de son œuvre celle de Royet-Journoud. De très bonnes études sur Alferi, Fourcade, Bory, Veinstein, Garron, rattrapent le surplomb parfois théorique de quelques analyses sur des « œuvres » naissantes. Retenons aussi que la lecture de Jean-Michel Reynard (1950-2003), qui fut très peu lu de son vivant, est enfin continuée par un très juste article de Michel Surya
.
Critique N°735-736 - N° dirigé par Michèle Cohen-Halimi et Francis Cohen, Éditions de Minuit, 160 pages, 14,50

La poésie en écho Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°96 , septembre 2008.
LMDA papier n°96
6.50 €
LMDA PDF n°96
4.00 €