La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur Sève piquante

septembre 2008 | Le Matricule des Anges n°96 | par Philippe Savary

Amatrices de littératures décentrées et iconoclastes, les jeunes éditions bordelaises de L’Arbre vengeur cultivent joyeusement leur jardin secret, où l’étrange n’empêche pas l’ironie, la cruauté l’humour le plus noir.

David Vincent raconte qu’avec son « associé », Nicolas Étienne, ils se sont amusés à recenser les auteurs de leur catalogue, morts fous. Le résultat serait assez dramatique. La palme revient au Hongrois Géza Csáth (1887-1919) : il tue sa femme, se tranche les veines, supplie les gardes-frontières d’ouvrir le feu, avant de s’empoisonner. On passera le cas de Marc Stéphane (1870-1944), qui séjourna 94 jours à Saint-Anne - dont il ramènera un frémissant témoignage. L’anecdote n’est pas fortuite. À L’Arbre vengeur, on apprécie les forts tempéraments. Sous ses couvertures colorées, confiées à des illustrateurs, dominent les excentriques, les obsessionnels, les désopilants, les mauvais esprits, les promeneurs solitaires des bords d’abîmes. Connus ou méconnus, la jeune maison redonne une seconde vie à ces créateurs singuliers - et à leurs textes souvent introuvables. Ils ont pour nom Régis Messac (et son indispensable Quinzinzinzili), Léon Bloy, Theodore Francis Powys, David H. Keller, Jean-Marc Aubert, Jean-Pierre Martinet, Italo Svevo, Loys Masson…
Voilà douze ans que le duo bordelais se connaît, cinq qu’il fait croître L’Arbre vengeur, et continue de se vouvoyer : « Ça évite l’effusion. » David, 41 ans, est libraire, après des études de lettres et une formation aux métiers du livre. Nicolas, 33 ans, est graphiste et musicien - derrière les claviers de Monade, groupe formé par la chanteuse de Stereolab.
L’aventure a démarré avec une série de trois livres (pliés et cousus à la main). « Il fallait s’éprouver. » Au programme : Pierre Loüys, Paul-Jean Toulet, et surtout Jean-Yves Cendrey. « C’est un peu notre parrain. Grâce à lui, la maison a acquis une petite respectabilité. Conférence alimentaire (texte repris dans Les Jouets vivants, ndlr) fut aussi le déclencheur de sa littérature autobiographique ». David Vincent prend alors confiance et la plume pour contacter Marc Petit, Jean-Marc Aubert, Odile Massé. Les voisins des éditions Finitude leur donnent un coup de main. Le catalogue prend forme. « Pour les auteurs, on reste quand même invisible », tempère ce lecteur « névrotique », grand amateur de Bruno Schulz ou de Fontenelle. Cet automne, L’Arbre vengeur (c’est le titre d’une BD) fêtera son quarantième titre. L’occasion d’ouvrir un premier poste salarié ? « Financièrement, c’est compliqué, même si ce n’est pas inenvisageable. Le danger, ça serait ensuite de faire des compromissions. »

David Vincent, sur quelles idées s’est bâti L’Arbre vengeur ?
Il y a déjà ce constat. Je vis dans une sorte de cimetière. La librairie, c’est un endroit où en permanence meurent les livres. Le mouvement s’accélère : la durée de vie d’un titre 10/18 est aujourd’hui de deux ans. Chaque libraire devient un éditeur virtuel. Il voit que ce qu’il a aimé disparaît. Avec Nicolas, lorsque nous travaillions chez Virgin, on a établi une liste. Ça a débuté comme ça. On a ce côté bibliothèque idéale, sauf que nous préférons des choses plutôt...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°96
6.50 €
LMDA PDF n°96
4.00 €