La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Agir, écrire

octobre 2008 | Le Matricule des Anges n°97 | par Thierry Cecille

Homère est un aveugle : il chante les héros et les combats qu’il n’a pu voir. Mais cette cécité, loin de n’être qu’anecdotique (peu importe de savoir si Homère a vécu ou non, s’ils furent plusieurs, successifs, rassemblés sous ce nom…), est symbolique. Depuis trois mille ans, les écrivains n’ont porté, sur la réalité, qu’un regard lointain, brouillé, partiel. C’est la thèse, ébauchée déjà dans Jusqu’à Faulkner (voir Lmda N°42), que reprend ici Pierre Bergounioux. On peut regimber devant certaines généralisations abusives, devant la facilité avec laquelle il repousse d’un revers de la main ceux qui pourraient gêner sa démonstration (Stendhal, Cervantes, Tolstoï…) mais la précision de l’expression et l’énergie de l’analyse nous emportent. Il nous faut admettre que ceux qui écrivent l’histoire des hommes (même s’ils le font parfois avec talent) ne sont pas ceux qui la font - et histoire signifie ici (Bergounioux ne renie en rien l’analyse et le lexique marxistes, bien au contraire) non seulement les actions guerrières ou politiques, mais la matérialité de l’existence, les conditions de production, la division du travail, les conflits de classes. Loin de partager l’éloge réitéré de l’art romanesque d’un Kundera (de L’Art du roman au Rideau), Bergounioux va jusqu’à pointer la faillite des exténués, conscients de l’être, que sont Kafka, Proust et Joyce, se contentant, d’après lui, d’écrire… quoi ? « Eh bien qu’ils ne trouvent rien à dire, le livre qu’ils avaient vocation à écrire impossible, le monde sans consistance ni relief. » Faulkner, lui, parce qu’il vit aux États-Unis, où la modernité la plus flagrante côtoie l’archaïsme, où tous savent que « le succès se mesure en dollars, uniquement », peut affirmer « c’est pas ça » - et s’atteler à la tâche de révolutionner enfin cette vision, avec une ambition et des procédés dont Bergounioux nous décrit - rapidement - l’efficacité. À lui seul enfin est donnée « la possibilité de récupérer ce que la littérature a refusé à Homère et à tous ses descendants. »

AGIR, ÉCRIRE
de pierre bergounioux
Fata Morgana, 100 pages, 18

Agir, écrire Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°97 , octobre 2008.
LMDA papier n°97
6.50 €
LMDA PDF n°97
4.00 €