La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Loin

octobre 2008 | Le Matricule des Anges n°97 | par Emmanuel Laugier

Le premier livre de Marco Boubille pose de vraies questions, peut-être y en a-t-il d’ailleurs qu’une, et elle revient comme une basse continue construire la sobriété de son écriture (particulièrement celle de la première partie) : cette question touche à ce qu’être « fils » ajoute à l’existence, et à celle, comme retour de balancier, du père resté face à soi, ou en soi. Jean-Marie Gleize le dit subtilement en rappelant qu’un redoublement est presque nécessaire à un livre qui s’écrit sans que personne ne l’ait jamais demandé : «  »Repère« serait un mot central. Ou deux, peut-être.// Un poème, donc, une carte »à partir du père«  ». Un père pour partir, et s’éloigner, puis un enfant à rejoindre comme le seul sujet qui reste ; pour voir comment une marche possible le mettra en branle : « je vais/ mettre deux points sur les i/ est-ce que les moï constituent une communauté : ?// avec i avec sans point ou/ deux points// tréma : tremble// qu’est-ce que j’en ai à frères ? » Dans ce quasi impératif, c’est le mot frère qui se glisse, qui résonne, et devient le motif de la marche elle-même, comme s’il fallait absolument un autre repère pour avancer soi-même : « il manque de son événement la marche/ ou alors l’abolition du r/ ou alors le moï// il manque sa trajectoire une ligne de conduite/ ou la répétition d’une loi/ n fois/ loi de l’éloignement/ (…)// encore une énième loi// tant que je ne l’aurai pas dite/ tant que je ne l’aurai pas écrite (…) je révise l’enfant que je suis de loin », cet enfant-frère. La seconde partie du livre, en prose, nomme « père », « roi » et « patron », dans un phrasé à la limite du monologue. Il y a en eux quelques naïvetés, parfois quelques clichés, mais cela n’empêche pas ce livre de marquer sa friche, un terrain entre questionnement et dette à soi-même : « je promets de faire un grand X. Tu peux lire » fils « le nom de ton territoire qui le mien est Lune ». Comme l’autre face de la loi.

loi n
de marco boubille
Postface de Jean-Marie Gleize, Éditions les Petits matins, 92 pages, 12

Le Matricule des Anges n°97 , octobre 2008.
LMDA papier n°97
6.50 €
LMDA PDF n°97
4.00 €