La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Dialogues avec satan

novembre 2008 | Le Matricule des Anges n°98 | par Jérôme Goude

Dialogues avec satan

Depuis les temps immémoriaux, la figure luciférienne jouit d’un prestige incontesté. Quels qu’ont été ses adorateurs, prêtres défroqués, lettrés impénitents ou mécréants de tout poil, celui dont Charles Baudelaire célébra la « Beauté virile » n’a jamais cessé d’accroître son empire. Rien d’étonnant alors si, au détour d’une vie confortable, terne et sans vaillance, sa « musculature puissante » rehausse inopinément le lustre de votre canapé. À moins qu’il ne surgisse, amoindri mais disert, entre les lignes d’un vieil exemplaire des Saintes Écritures ou, pire, des tréfonds de quelque esprit inattentif…
Clin d’œil oblique et ludique au Caïn de Lord Byron, mystère dans lequel Lucifer infléchit Caïn, Dialogues avec Satan oppose un homme ordinaire, la quarantaine bien tassée, à l’incarnation suprême (corvéable ?) du mal. Évoluant dans le plus simple appareil, Satan somme son hypothétique disciple, dont l’unique obsession est de ne point trop contrarier les petits mouvements de sa « croissance intérieure », de choisir entre paradis et enfer. D’un paradoxe l’autre, il tente de démontrer à son interlocuteur impassible les limites de la « joie éternelle » en affirmant que, de toute façon, le « seul moyen d’offrir son âme à Dieu est de la vendre au diable. » Et, entre l’ingestion d’un poulet et quelques gorgées de thé, il prétend que « Dieu ne comprend rien au monde (du fait de) l’envergure de sa conscience (qui) lui interdit tout point de vue singulier. »
Habile et joyeusement décalé, Jean-Luc Coudray, qui est aussi dessinateur et scénariste de BD, offre là une parodie revigorante de l’aporie socratique. Il y remodèle les formes du Malin tout en renversant les rapports de force. Après un pitoyable combat de boxe, à bout d’arguments, son Satan capitule et se vautre dans un irréparable sommeil. Peut-être parce qu’aujourd’hui la télévision, l’ « argent, le pouvoir, le sexe, la gloire et la luxure éloignent (l’homme) de Dieu mais (le) protègent aussi du diable ! »

dialogues avec satan
de jean-luc coudray
L’Amourier, 105 pages, 14

Dialogues avec satan Par Jérôme Goude
Le Matricule des Anges n°98 , novembre 2008.
LMDA papier n°98
6.50 €
LMDA PDF n°98
4.00 €