La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Éloge de la pièce manquante

novembre 2008 | Le Matricule des Anges n°98 | par Anthony Dufraisse

Eloge de la pièce manquante

Né à Boston en 1970, Antoine Bello vit à New York. En dépit des apparences, l’auteur de ce livre paru il y a dix ans est bel et bien français. S’il est né aux États-Unis, c’est par un concours de circonstances. Et s’il réside à Big Apple, c’est par choix professionnel. Car derrière l’écrivain expatrié, il y a un patron avisé, à la tête d’une florissante société, Ubiqus. Dans ce livre, il est aussi question d’une société Ubiqus, dirigée par un certain Wallerstein, magnat des médias et maniaque du puzzle de vitesse, une compétition endeuillée par une série de meurtres particulièrement atroces. Le titre met la puce à l’oreille ; c’est un polar casse-tête que ce livre. Il a le puzzle pour thème et pour forme, constitué qu’il est de 48 pièces/chapitres. Pour l’anecdote, ce livre a bien failli ne jamais voir le jour sous cette forme classique. À l’origine, Bello projetait de faire imprimer les chapitres indépendamment les uns des autres et de proposer le tout en vrac dans une boîte. En piochant dedans au hasard, le lecteur les aurait ainsi lus dans un ordre aléatoire. Borges, référence de Bello avec Cortázar, Auster ou Kafka, aurait sans doute apprécié le procédé. Pas l’éditeur, Gallimard, qui l’a certainement trouvé trop expérimental. Ceci dit, c’est bien l’endroit de dire que ce livre a été inventé de toutes pièces. La société de puzzologie, la fédération de concours de vitesse et les théoriciens du jeu de patience, tout est formidablement vraisemblable mais bidon. Pour Bello, un écrivain est d’autant plus crédible qu’il ne connaît rien de rien à son sujet. Écrire est affaire d’imagination, pas de documentation. De ce point de vue, Bello est un peu l’anti-Littell, lequel n’écrit qu’avec des fiches sous le nez.
Énigme aux éléments dispersés, le récit est palpitant. Mais le plus intéressant, intrigue mise à part, c’est l’alternance des genres. Articles de presse, interviews, chroniques, minutes, rapports, extraits de thèses, etc., Bello est à l’aise dans tous les registres, et le lecteur, bluffé.

éloge de la piÈce
manquante

d’antoine bello
Folio, 325 pages, 6,80

Éloge de la pièce manquante Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°98 , novembre 2008.
LMDA papier n°98
6.50 €
LMDA PDF n°98
4.00 €