La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Nuits de paix

février 2009 | Le Matricule des Anges n°100 | par Marta Krol

Nuits de paix occidentale (suivi de) Lumière des choses

Si j’écris c’est par l’inquiétude / parce que j’avais souci de la vie / de la félicité des êtres / serrés dans l’ombre du soir « . C’est une voix de la compassion tourmentée, calme et sombre, inutilement vouée à articuler la part du mal, de la violence et de l’injustice que l’homme inflige à l’homme. Le mieux que l’on puisse espérer, c’est la trêve : » Sommes-nous tout simplement prédestinés au mal et la vie n’est-elle faite que de trêves où nous séjournons pour ne pas haïr et ne pas donner de coups ? « . Antonella Anedda interroge continûment cette notion de trêve, » aire de soulagement veinée de crainte « , telle métaphore de son propre état d’esprit, provisoirement à l’abri d’angoisses non loin tapies. Admettre et domestiquer la souffrance : » Supporte tes pensées dans l’ombre épaisse «  ; » Accepte le désespoir « , voilà sa tâche, que figure le paradigme de l’obscur, de la nuit, de l’ombre, exprimés de moult façons au fil des poèmes ( » Les mains déplacent dans l’ombre les bols pour le soir « ). Tandis que les termes opposés ne sont pas donnés comme vainqueurs : la clarté est » souffrante « , les lueurs » hostiles « . Le monde, la terre, les saisons, les objets, les heures sont intériorisés dans une représentation hallucinée et étrangement harmonieuse, où le petit, l’intime - » vision souterraine d’un fleuve sous l’entrelacs des doigts « - côtoie le lointain et l’abstrait : » le futur libère de la vapeur « , » la terre éclairée par la double voile des draps « . Ce qui existe - le blanc de la vitre, ou les aiguilles de pin - est innocent, mais intransitif : » chaque forme renvoie seulement à une autre forme « , et » la lune (…) ne forme pas un bouclier contre la douleur « . Le désespoir est tranquille, dans ce recueil bouleversant, comme le courage est oblique et la lumière basse ; faut-il ajouter que l’écriture, lieu ultime du repli, est elle aussi » le tourment qui s’accroît / sur le noir des lettres, la quiétude sinistre / de l’ombre d’une main que le papier ".

NUITS DE PAIX OCCIDENTALE
& AUTRES POÈMES

d’ANTONELLA ANEDDA
Traduit de l’italien par Jean-Baptiste Para, L’Escampette, 105 pages, 13

Nuits de paix Par Marta Krol
Le Matricule des Anges n°100 , février 2009.
LMDA PDF n°100
4.00 €