La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Bled

mai 2009 | Le Matricule des Anges n°103 | par Laurence Cazaux

Les héros de Daniel Danis sont très souvent des enfants. Il leur consacre une grande partie de son théâtre. C’est donc tout naturellement qu’il a revisité le conte du Petit Poucet, rebaptisé pour l’occasion Bled. Les parents, comme dans le conte, sont dans la misère et se voient expulsés de leur logement. Ils demandent à leur septième garçon de partir sur le champ pour leur rapporter « une belle demeure définitive ». Bled-Poucet part donc sur les routes. Auparavant, il a chapardé le portable d’un des frères pour prendre des photos du chemin, histoire de retrouver la route du retour.
À la rencontre du monde, Bled commence alors un voyage initiatique. Il va être confronté à Shed, un bûcheron aux traits animalisés, l’alter ego de ses peurs. Shed, en anglais, signifie cabanon de jardin, rien donc d’une vraie maison. Enfin, comme Bled est triste, il a « le cœur en mal » et le vomit. Son cœur « soubresauteur », il doit l’attacher à sa jambe. Tout au long du chemin, Bled parle donc à ses peurs et à son cœur. La « demeure emmaisonnable » qu’il cherche ressemble alors à une quête de lui-même, de sa propre maison intérieure. Poucet-Bled va surmonter les épreuves de ce voyage grâce à sa tête pleine d’images et sa bouche pleine de mots. Cette pièce de Daniel Danis est au final, un bel hymne à l’imaginaire pour lutter contre la misère qui nous afflige. Et le premier matériau de résistance, c’est la langue qu’invente l’auteur. Une langue-poème. Dans le théâtre de Daniel Danis, " il pleut à boire debout », Bled « marche le monde » et cultive « du cristal de pleurs »
La pièce se finit sur le retour de l’enfant-maison. Bled-Poucet peut remanger son cœur, cohabiter sereinement avec ses peurs et conclure : « Je dors dans l’entre-toit de ma maison/ proche du ciel./ J’habite dans ma tête/ je demeure avec les mots./ J’habite dans mon cœur/ je demeure dans les images que je lance à la volée./ Je vis dans mes souliers/ je marche la terre./ Je marche la terre. »

BLED
de DANIEL DANIS
L’Arche, 48 pages, 9,50

Bled Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°103 , mai 2009.
LMDA papier n°103 - 6.50 €
LMDA PDF n°103 - 4.00 €