La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Teresa

juillet 2009 | Le Matricule des Anges n°105 | par Camille Decisier

Barcelone, fin des années cinquante. Un jeune couple s’enlace parmi les débris d’une fête populaire. Il vient des quartiers ouvriers du Mont Carmel, pratique le recel de grosses cylindrées et joue sa survie quotidienne aux cartes sur le comptoir des bars. Elle est l’héritière d’aristocrates catalans, conduit une Floride blanche et se verrait bien en fille spirituelle de Simone de Beauvoir. Dans une Espagne puritaine (le franquisme est alors à mi-course), l’acharnement que Teresa et Manolo mettent à défendre leur transgressive idylle constitue presque un appel à la désobéissance sociale. C’est d’ailleurs peut-être, plutôt que l’amour, la nécessité de l’insoumission qui commande leur fascination réciproque. Scénario d’autant plus cruel qu’il se joue sur fond de tragédie (les liens se nouent dans une chambre d’hôpital où agonise la pauvre Maruja, soubrette de l’une et fiancée malheureuse de l’autre).
L’œuvre de Juan Marsé, né en 1933, est le produit d’un traumatisme fertile de la mémoire. D’une enfance difficile dans les bas-fonds de Barcelone, du souvenir encore palpable de la guerre civile, de son inquiétude pour une jeunesse en chantier, Marsé a fait une sorte de roman d’apprentissage sur lequel se détache le motif lancinant de la tentative d’évasion, de l’échappée belle et vaine, celle que contiennent les fameux après-midi avec Teresa. Sympathisant communiste, il s’attira les foudres de la bourgeoisie en rapportant sans détours les discours stériles d’une avant-garde intellectuelle à la poursuite d’un communisme idéalisé, nourri de fantasmes et d’images d’Epinal. Teresa, qui se veut pourtant une étudiante progressiste, « dialectique et objective », entrevoit dans les dernières pages sa propre inexpérience (" Qu’est-ce que l’opposition, en fin de compte ? Que signifie militer pour une cause ? Un communiste lui-même, qu’est-ce que c’est ? » ) tandis que Manolo, vite oublié, croupit en prison. Parue en 1966, une chronique espagnole des années amères, un rien désabusée, portée par des personnages superbement incarnés, insolemment charnels.

Teresa l’après-midi
de JUAN MARSÉ
Traduit de l’espagnol par Jean-Marie Saint-Lu, Points, 475 pages, 12,50

Teresa Par Camille Decisier
Le Matricule des Anges n°105 , juillet 2009.