La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire L’Italie

juillet 2009 | Le Matricule des Anges n°105 | par Lucie Clair

L' Italie à la paresseuse

Réfractaires aux séances de diaporamas, contrevenants aux achats d’encombrants souvenirs, résistants aux cartes postales (tous supports confondus) - L’Italie à la paresseuse est pour vous. On y retrouve Calet en 1949, fatigué d’être, depuis la parution du Tout sur le Tout, cantonné à une « littérature arrondissementière ». Lorsqu’un ami italien le pressent d’assister en qualité de représentant de la presse française à « un congrès international du gaz combustible », il s’abandonne à la tentation - direction Padoue et ses « jupons légers ».
Anti-carnet de voyage subjectif - et rédigé a posteriori - criblé d’impressions, sensations, réflexions recueillies « avec ce sourire doux-amer qui l’abandonnait rarement », et cette façon d’être « à la fois indolent et actif » que Georges Belle saluait six ans après sa mort, le voyage en Italie d’Henri Calet tranche face à ceux de ses illustres prédécesseurs - Stendhal, Montaigne, Larbaud… et au genre littéraire idoine. C’est que le bonhomme se prend pour « un touriste apathique, et même décourageant ; j’attends que les choses retiennent mon attention (…), qu’elles me fassent de l’œil. » Certes, il a eu sa part de rivages lointains, a traversé l’Europe occidentale bord à bord avant-guerre, terminé sa cavale d’apprenti escroc en Uruguay, mais n’en est pourtant pas blasé. C’est plutôt que « l’Italie est revêtue d’une croûte, d’une patine artistique et romanesque qu’il faudrait avoir l’énergie de gratter ; mais si on est nonchalant… »
Nonchalance d’un esprit ouvert, qui nous offre de goûter un portrait vivant de l’Italie autant qu’un document d’époque attachant. Mais L’Italie à la paresseuse est aussi le reflet fidèle et sincère des vrais souvenirs rapportés d’un voyage - avec son lot de scènes anodines, visions fulgurantes, regrets, visites ratées, incidents, qui font la saveur unique et intransmissible de tout séjour. Ce que Calet a résumé avec humour, arrivant à Rome : « Mon voyage prenait un sens. Dommage qu’il fît si noir. »

L’Italie à la paresseuse
de HENRI CALET
Le Dilettante, 192 pages, 17

L’Italie Par Lucie Clair
Le Matricule des Anges n°105 , juillet 2009.
LMDA PDF n°105 - 4.00 €