La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le voyage à Bordeaux

septembre 2009 | Le Matricule des Anges n°106 | par Lucie Clair

Le Voyage à Bordeaux

Yuna est une Japonaise résidant à Hambourg - alter ego de Yoko Tawada, elle est habitée par la même curiosité inextinguible vis-à-vis de sa communauté d’accueil dans laquelle elle cherche à s’insérer tout en préservant son identité. Mais les attraits de la différence s’estompent avec le temps et l’accoutumance, l’ennui menace, quand une amie lui propose d’aller prendre des vacances en France. Son beau-frère lui offrirait volontiers l’hospitalité à Bordeaux. Prétexte pour « croquer une nouvelle langue », apaiser la faim qui la tient, Le Voyage à Bordeaux est un mini-épisode initiatique de plus dans le parcours humoristique et tendre de l’étrangère.
Écrivain bilingue en allemand et japonais, Yoko Tawada, gracile et discrète, traverse le monde à l’abri de « mots-parapluies » qu’elle ouvre et referme au gré de ses impulsions, des attentions éveillées par les êtres et des coutumes qu’elle découvre. L’appétence pour l’autre et sa bizarrerie, provoque, comme par collusion des événements, des anecdotes incongrues, loufoques, ébahissantes, où prédomine le sentiment d’être envahie par cette altérité stupéfiante - et le moi ne représente plus qu’ « un dessin de nuages dans le ciel ».
Aliénation fugitive symbolisée par les idéogrammes intercalés dans le récit, noyau dur de résistance comme pour compenser le prix de l’ouverture et de la soif de connaissance, Le Voyage à Bordeaux croque avec justesse l’ensemble des préjugés qui président à la rencontre avec l’autre, que l’on en partage la langue ou pas. Les embarras de Yuna face à ses amies d’Hambourg ne cèdent en rien à celui qu’elle expérimente face aux Français. Et lorsque le véhicule commun s’absente, telle la perte du précieux dictionnaire allemand-français lors d’une baignade, reste le vertige - parfois ivresse, parfois nausée - des impressions contredites, des idées défaites par le pouvoir de l’observation et de la présence, sans artifice, à ce qui est.

LE VOYAGE À BORDEAUX
de YOKO TAWADA
Traduit de l’allemand par Bernard Banoun
Verdier, 125 pages, 15

Le voyage à Bordeaux Par Lucie Clair
Le Matricule des Anges n°106 , septembre 2009.
LMDA papier n°106 - 6.50 €
LMDA PDF n°106 - 4.00 €