La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Fille

janvier 2010 | Le Matricule des Anges n°109 | par Marta Krol

Voici un joyau, espace de liberté et de respiration arraché à la trivialité et à la tristesse. Rahel Hutmacher (née en 1944 à Zurich) réussit ce que nombreux ont tenté : une représentation ardente, haletante, fébrile, tourmentée, d’une relation de mère à fille. Relation cartographiée sur l’imaginaire d’enfant, c’est-à-dire sur les coordonnées primitives, obscures, d’un monde sauvage et enfui, où les désirs se font pouvoirs, où les émotions prennent des formes animales, où les choses participent d’une même économie que les vivants, où il n’y a point de rupture entre l’humain et le monde dont il émerge.
Tissé d’événements et situations hallucinés, il s’agit à la fois d’un récit, mu par une sombre énergie pulsatile, de fond en comble balayé par des rais de lumière ou secoué de paroxysmes de violence ; et d’un long poème en prose, à la langue translucide comme une surface réfléchissante. Dépouillée jusqu’aux déterminants et pronoms (« maintenant tu es une qui doit rester assise sous l’eau, qui tisse et attend un homme » ), aux phrases courtes, mots et périodes brefs ( « Elle n’a encore qu’un œil et qu’une main. Douze peaux lui manquent encore » ), la langue restituée recourt à la répétition, à la symétrie narrative, tourne quelquefois en la psalmodie de la ritournelle. L’esthétique est celle d’un conte trempé dans l’élément de la poésie ; si bien que le son rendu est à la fois mélodieux, grave et opaque. Afin de dire non pas l’histoire d’une sorcière devenue mère, mais plutôt comment être mère, être fille, c’est aussi être sorcière. Comment cette condition unique et infiniment rejouée s’exerce aussi dans un registre violent, irrationnel, pulsionnel, qui nous dépasse et nous aspire. Combien, de déchirements en blessures, de départs en fuites, cet amour rend prodigieusement fort et infiniment vulnérable. Et qu’il s’agit, encore et toujours, de vivre la fragilité, l’impuissance et la perte. D’admettre la ténuité de ce que vaut parfois rester vivant, rester humain : « Désormais tu es seule. Désormais tu es sans bouclier : comme tout le monde. Désormais tu attends ».

FILLE
de RAHEL HUTMACHER
Traduit de l’allemand par Fernand Cambon, José Corti,
142 pages, 18

Fille Par Marta Krol
Le Matricule des Anges n°109 , janvier 2010.
LMDA papier n°109 - 6.50 €
LMDA PDF n°109 - 4.00 €