La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Bryan Stanley Johnson
Féconde indiscrétion

mars 2010 | Le Matricule des Anges n°111 | par Richard Blin

L’un et l’autre, l’auteur et son héros secret, Jonathan Coe et Bryan Stanley Johnson. Un écrivain rend hommage à un autre écrivain, et quand un écrivain va, biographiquement, à la rencontre d’un pair, c’est avant tout pour restituer la figure de l’artiste sous l’individu historique et social, s’intéresser à son geste créateur, nous montrer ce qu’il a d’unique et de singulier. Et le livre qui en témoigne, l’histoire de cet éléphant fougueux qu’est B.S. Johnson, relève lui-même de l’art et non de cette vérité impraticable de la science biographique. Car les faits les plus rigoureusement établis et l’honnêteté la plus scrupuleuse ne peuvent suffire à ressusciter une individualité. Et comment éviter l’intrusion du propre dans l’espace restitué de l’autre ? Alors, c’est sous les auspices de l’hypothèse et de l’hésitation, mais aussi de ses errements et de ses incertitudes que J. Coe place sa tentative de ressaisie de la vie de B.S. Johnson.
S’appuyant sur ce qu’il en reste littérairement, et sur la matière brute des archives et des documents, il se laisse conduire par un principe simple : raconter l’histoire avec les mots mêmes de Johnson ou avec les mots de ceux qui l’ont connu, approché, fréquenté. Si bien qu’en plus des témoignages, on trouvera disséminées au fil des pages, de multiples traces de la production johnsonienne - extraits du Journal intime, des romans, des pièces de théâtre, poèmes, notes, articles, lettres, transcription d’enregistrements, bouts de scénarios, rapports - qui nous plongent au cœur de ses activités et nous permettent de mieux appréhender l’homme, de le sentir, littéralement, par tous les sens, de voir combien B.S. Johnson n’est que vibration, émotions, élans. Une personnalité obsessionnelle, anxieuse, provocatrice, réagissant souvent de manière disproportionnée ou agressive à toute forme de rejet. C’est que derrière le créateur sûr de la pertinence de ses stratégies, et intimement convaincu de son talent, se cache un être fasciné par le paganisme, la sorcellerie, les religions pré-chrétiennes. Un homme qu’a bouleversé - Coe le découvre dans un passage du Journal - la lecture de La Déesse blanche de Robert Graves, un livre où il soutient que la poésie a à voir avec les invocations rituelles à la Déesse Muse, qu’elle relève d’« un langage magique rattaché aux cérémonies religieuses populaires (certaines datant du paléolithique) en l’honneur de la Déesse-Lune ». Johnson qui se considérait d’abord comme un poète croira même avoir été en contact avec une « manifestation physique » de la figure de la Déesse blanche, et restera persuadé toute sa vie que la véritable poésie ne se préoccupe que des relations entre les hommes et les femmes - l’une des sources peut-être de ses difficultés et de sa vulnérabilité amoureuses.
Traquant l’incongru et ces « brisures singulières et inimitables » si chères à Marcel Schwob, Coe découvre aussi quelques bizarreries intéressantes. Ainsi Johnson avait la manie de ramasser tous...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°111
6,00 €
LMDA PDF n°111
4,00 €