La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’ombre des montagnes

avril 2010 | Le Matricule des Anges n°112 | par Richard Blin

L' Ombre des montagnes

Ces montagnes sont celles qui dominent Sarajevo où Marie Frering a travaillé de 1994 à 1997, pendant et après la guerre. Dans son livre - quatre parties composées de brèves séquences - elle évoque attitudes et comportements lorsque la vie est devenue survie mécanique. « Nous sommes tous anormaux. Enfermés dans ce cirque de montagne. » Manque d’eau, de gaz, d’électricité, de nourriture. La nuit comme le jour, obus, snipers, viols. Quel vêtement choisir pour la nuit quand elle « s’appelle feu et couvre-feu » ? Quand le matin « se réveille aussi assiégé que la veille » ? Les buissons bougent et parlent, le plaisir solitaire se pratique comme une prière pendant les bombardements, des formes inédites de résistance s’inventent, qui consistent à se laver soigneusement, à se soigner, à conserver ses cheveux longs. « Je veux qu’ils sachent que s’ils m’abattent, ce n’est pas un chien qu’ils abattent mais une belle femme. » La peur, les rêves, les prémonitions, les chants, la difficulté d’évaluer le degré de danger et de sécurité, ceux qui meurent, ceux qui gardent foi en la beauté, voilà ce qu’illustre chaque séquence avec une force que les images ont perdue. Frering est le Brueghel de Sarajevo dit John Berger.
Le déferlement de haine, la banalisation de l’horreur, l’hypocrisie de l’Europe de la bonne conscience, l’indifférence devant la tuerie yougoslave - « Ce n’est qu’une guerre de plus / la folie des Balkans / nous sommes fatigués / fatigués d’écouter / Que peut-on faire ? / C’est moche, je sais / mais cette crise n’est pas la mienne » -, la cruauté humaine, une autre femme, Adrian Oktenberg, les évoque dans Bosnie Élégie (ed. Isabelle Sauvage, traduit de l’américain par Séverine Weiss, préface de François Maspero). Avec une simplicité désarmante mais terriblement poignante, elle dit la lumière empêchée des belles journées qui s’annonçaient, le désespoir, nos yeux cousus, l’innocence massacrée, les messages « lancés lancés lancés lancés » et qui « s’effacent ».

L’Ombre des montagnes
de Marie Frering
Quidam éditeur, 120 pages, 13

L’ombre des montagnes Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°112 , avril 2010.
LMDA papier n°112 - 6.50 €
LMDA PDF n°112 - 4.00 €