La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Partir

avril 2010 | Le Matricule des Anges n°112 | par Chloé Brendlé

Sur quatorze façons d’aller dans le même café

Au théâtre, il y a le côté cour et le côté jardin, la scène et les gradins, le dedans et le dehors. Dans un récit, tout s’embrouille plus facilement. Benoît Caudoux a écrit un livre décalé, poétique, doucement déjanté, et qui se tient à la lisière, sans jamais livrer le couloir secret qui fait communiquer les lieux. Texte indocile, Sur quatorze façons d’aller dans le même café se tient au rebord des mots, et de la conversation plausible qui s’engage entre deux ou plusieurs êtres dans un café, dans la rue, chez soi, ou encore ailleurs. Il faut prendre le temps de le suivre dans sa minutieuse et retorse chorégraphie de l’espace intime et se laisser contaminer joyeusement par son atmosphère. Un homme, qui essaie d’aller quelque part. Fragilement, intensément. Surtout, ne pas définir, ne pas tracer de contours, chercher à identifier, qualifier. Mais rester à l’épiderme d’une géographie tremblante, d’un cheminement tout personnel où l’on croisera la Bulgarie, l’Australie, et d’autres traces de continents et d’escales possibles, intérieures. Au fond, il n’est pas tant question de passer le temps que d’emplir l’espace, le gonfler comme une bulle, le frotter à d’autres énergumènes, et devenir soi-même une forme plastique : « je vais au café en gnou, en écureuil, en ours. J’y vais en alpaga. Ce ne sont pas les mêmes règles. J’y vais en petite fille et j’y vais en vieux juif, de différentes époques. (…) J’y vais en quartz parfois, ou j’y vais en fossile de trilobite russe. » La jolie leçon d’existence ou d’habitation de ce livre étonnant est de surtout ne pas se fondre.
Rester à la surface, comme le fit Nathalie Sarraute avec ses Tropismes, peut être encore le meilleur moyen d’atteindre sinon un lieu, du moins un point de convergence, de fuite. Savant point d’entente et de connivence avec le lecteur.

Sur quatorze façons d’aller dans le même café de Benoît Caudoux
Léo Scheer, 169 pages, 17

Partir Par Chloé Brendlé
Le Matricule des Anges n°112 , avril 2010.
LMDA papier n°112
6.50 €
LMDA PDF n°112
4.00 €