La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre La Trilogie des flous

juillet 2010 | Le Matricule des Anges n°115 | par Laurence Cazaux

La Trilogie des flous

Autodidacte, Daniel Danis poursuit sa recherche, il expérimente dans ses spectacles les nouvelles technologies de l’image et du son qui doivent permettre selon lui des avancées vers l’être et sa profondeur et d’entendre-voir le texte. Il invente ce qu’il appelle « l’écriture en 3 D ». Le lecteur en découvrant ce nouveau recueil (La Trilogie des flous, Mille anonymes et l’Ile saline) se pose à un moment ou un autre la question de la vision scénique de l’auteur. Nous sommes plongés dans un matériau incroyable entremêlant rêves et cauchemars, dans une langue à trous. Les mots s’effacent, plus de trois points de suspension signifie par exemple l’absence de plus d’un mot. Je ne, le premier volet de la trilogie se conclut par « Suis-je…… ne… une vie de pierre oubliée ?/…… un pensé…… mille…… hors de…. paroles ?/et un jour…. par nuage…. lune…. pupilles… latées…. fut…. » Nous sommes au cœur du mystère. Là où se rêvent nos énigmes, celles qui nous poursuivent depuis l’enfance parfois. L’écriture de Danis est poétique, lyrique, minérale, végétale, elle est traversée d’images, faisant référence à la sculpture, à la peinture. Des histoires nous sont racontées, comme celle d’un aviateur gravement blessé qui renaît et se rêve femme ou encore la parole de mille anonymes dans une ville minière secouée par une catastrophe. Mais ce sont plutôt des visions qui nous traversent. Les pièces se découpent en planches ou en séquences, nous sommes là aussi dans des références à l’image, avec le film, ou la bande dessinée. La première planche qui ouvre Mille anonymes indique que « Le temps est au jaune du pollen des jours de grand vent. » Une grosse cloche résonne fortement et « Le son éveille le souffle endormi des empierrés./ Trente-trois éternuements. » La pièce se termine au moment des salutations par trente-trois bâillements. Entre endormissement et réveil, les rêves… Rêve de la mort, omniprésente, rêve d’être transformé en pierre, de retrouver une humanité sauvage… Avec cette écriture qui

la trilogie des fous
de daniel danis
L’Arche, 182 pages, 12

La Trilogie des flous Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°115 , juillet 2010.
LMDA papier n°115
6.50 €
LMDA PDF n°115
4.00 €