La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Noblesse oblige

juillet 2010 | Le Matricule des Anges n°115 | par Gilles Magniont

Zuleika Dobson

Illustration(s) de Georges Hin
Editions Monsieur Toussaint Louverture

Environné de femmes laides, mais vivantes, et de créatures exquises, mais en carton, l’étudiant est la victime prédestinée de la beauté vivante ; comme le feu déjà dressé, il lui suffit d’une étincelle. « Cette étincelle a ici pour nom Zuleika Dobson : rendant visite à son grand-père et recteur d’Oxford, elle en profite pour mettre à sac ce temple du savoir et de la tradition, poussant jusqu’au suicide des bouquets de jeunes gens, tombés à l’eau par amour pour Elle. Il y a donc dans cette histoire des morts violentes en pagaille et de la passion jusqu’à ras bord ; ce n’est pas grave toutefois, et l’on ne sait pas trop si ces actes désespérés furent le fait de la tragédie ou du snobisme. Comme le souligne lui-même Max Beerbohm (1872-1956), il s’agit d’une » fantaisie «  : le triomphe de la mort est drolatique, les interventions du narrateur espiègles, et quand Zuleika accompagne vers sa fin le quatorzième Duc de Dorset, » maître dandy « rutilant, elle pense surtout à faire des mots d’auteur - » Pourquoi ne peut-on s’éprendre des vêtements d’un homme ? « . Et le lecteur pense alors à l’Oscar Wilde de L’Importance d’être constant, ses aphorismes et ses paradoxes, ses équations sentimentales et insolubles - telle celle que Zuleika Dobson poursuit jusqu’aux dernières péripéties : » Tous ceux qui l’aiment, elles les méprise. Or, la voir, c’est l’aimer. " Beerbohm fut justement le contemporain et disciple (pas trop reconnaissant) de Wilde ; on le connut d’abord comme caricaturiste puis comme essayiste, et il demeura jusqu’à sa mort la figure inaltérée d’un souverain composé d’esprit et d’étiquette, grâce auquel il obtint même d’être anobli ; paru en 1911, son unique roman est d’époque, victorien, farfelu, tout en conversations piquantes et tentatives d’atteindre à une certaine image souriante de l’élégance british, sorte de chanson pop poussée sur trois cents pages. Il faut avouer que cette réédition le sert aujourd’hui beaucoup, la pimpante couverture écarlate et la reprise des

Zuleika Dobson de Max Beerbohm - Traduction de l’anglais par Philippe Neel (entièrement révisée par Anne-Sylvie Homassel), Monsieur Toussaint Louverture, 352 pages, 16,75

Noblesse oblige Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°115 , juillet 2010.
LMDA papier n°115
6.50 €
LMDA PDF n°115
4.00 €