La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Le Chasseur

octobre 2010 | Le Matricule des Anges n°117 | par Anthony Dufraisse

Julia Leigh, Australienne de 40 ans aux faux airs de Juliette Binoche, pourrait dire qu’il y a deux sortes de naturalistes : ceux qui jamais ne sortent de leur labo et ceux, plus baroudeurs dans l’âme, qui suent sang et eau sur le terrain pour assouvir leur soif de découverte. Martin David est de ceux-là, qu’une expédition amène au large de l’Australie, sur l’île de Tasmanie, pour une mission à tout le moins spéciale : traquer l’ultime Tigre de Tasmanie, espèce mythique s’il en est. C’est ici, « au-dessus de la trouée bleue qui sépare l’île du continent », que tout commence. Le propos de Julia Leigh donne à comprendre la mentalité du chasseur en action, quel état d’esprit l’anime dans sa traque. Étrange état, au vrai, qui requiert patience, obsession et, plus important que tout peut-être, « dévouement ». Le problème de Martin, et c’est là que le roman de Julia Leigh quitte le terrain de la quête naturaliste pour celui des rapports humains, le problème c’est que son travail est comme parasité par ceux qui l’accueillent dans leur maison : la famille Armstrong, une femme et deux enfants que la mort du père, chasseur lui aussi, a laissés en vrac. Les allers-retours entre la jungle et ce camp de base à partir duquel le protagoniste opère, et dont les occupants sont si vulnérables, permettent à l’auteur de jouer sur différents registres : ici, dans la famille, sur les regards voilés, les non-dits et la maladresse ; là, en forêt, sur la fébrilité, l’excitation et l’extrême vigilance de l’homme solitaire qui sait qu’à tout moment les rôles peuvent s’inverser, et la proie devenir le prédateur : « Les animaux sont par essence imprévisibles, mus par des forces mystérieuses qui défient toute logique ». Dans ce livre qui l’a révélée il y a dix ans, Julia Leigh parle à merveille de l’instinct et de l’intuition, ces fruits d’une clairvoyance qui parfois renforce un être et d’autres fois le fragilise.

Anthony Dufraisse

Le Chasseur
Julia Leigh
Traduit de l’anglais (Australie) par Anthony Axerald
Points, 189 pages, 6

Le Matricule des Anges n°117 , octobre 2010.
LMDA PDF n°117
4.00 €