La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Chaussures vides et Scarpa vuote

novembre 2010 | Le Matricule des Anges n°118

Chaussures vides et Scarpa vuote

Divisé en deux parties sensiblement égales, ce recueil s’ouvre sous l’égide de Saorge et de Charles Juliet. Sylvie Durbec y déploie ses poèmes des nuits de juillet, entre songe et veille dans l’exercice d’une contemplation autant extériorisée (la montagne, la nuit, l’oiseau) qu’intériorisée (une « bête ailée », la « gorge bleue du tigre », les « bracelets d’oubli pour Pénélope épuisée »). Cette sorte de vade-mecum de l’été nocturne s’offre pour un art de vivre en poésie, où l’attention donnée à l’instant s’accommode d’une liberté laissée grande à la rêverie, à l’imaginaire et à une langue irriguée d’italien. Habiter sa vie en poète et dire « je » quand ce « je » se mêle à la matière même du temps et d’un lieu…
Le ton change avec « Scarpe vuote », long poème du deuil et d’une nuit plus profonde qui s’ouvre avec la porte d’une penderie dans laquelle des chaussures vides désignent l’absence d’une femme qui vient de mourir. Sylvie Durbec y associe la disparition de son père, évoque un peintre juif qui dessina une montagne de chaussures vingt ans avant l’existence des camps de la mort. Elle noue entre eux des poèmes ou des proses brèves, petits cailloux jetés sur le chemin qui mène de la mort à la vie, et qu’elle suit chaussée ou pieds nus, dans la compagnie d’autres poètes. On chemine par courtes étapes vers un plat pays où dans la nuit et le brouillard les seules montagnes qu’on vit furent de chaussures : « Chaussée de Ninove, de Malines, de Charleroi/où mes pas ne glissent pas,/ vieux pays de vent et de pluie,/ je me demande comment écrire Willebroek ici. » Et si la poétesse évoque le centre culturel de Willebroek « où l’on boit du café », il ne lui est pas nécessaire de préciser que cette commune accueillit le seul camp nazi de Belgique : cela s’entend dans sa poésie. Car si les poèmes de Sylvie Durbec ne renoncent pas aux images, du moins dispose-t-elle entre eux un silence propre à en accueillir tous les échos.

T. G.

Chaussures vides et Scarpe vuote
Sylvie Durbec
Éditions Les Carnets du Dessert de Lune, 51 pages, 11

Le Matricule des Anges n°118 , novembre 2010.
LMDA PDF n°118
4.00 €