La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Textes & images 41 euros pour une poignée de psychotropes

mars 2011 | Le Matricule des Anges n°121 | par Gilles Magniont

41 euros pour une poignée de psychotropes

Le titre correspond au prix d’une séance chez le psychanalyste. Et sur l’objet du livre, nous voilà fixés dès la première page et son annonce colorée et majuscule : « OFFERT ! UNE VRAIE DEPRESSION ! ». Vraiment à bout, l’auteur, à la suite d’une séparation et de diverses scènes d’sms et de larmes. 41 euros propose alors des strips de trois cases où dialoguent le patient et son docteur, des définitions académiques de la névrose illustrées comme à la parade, des variations autour du malheur adulte plus ou moins décalées, plus ou moins marrantes, mais quand même très plombées. D’où la crainte du lecteur de se trouver submergé par un monologue monocorde et vaguement crayonné – on sait le nombre des productions graphiques dévolues à l’écriture de soi, et notamment ce soi-qui-va-si-mal. Mais Davy Mourier, quoique dessinateur fragile, égrène de jolies idées visuelles, tels ces phylactères qui prennent la forme de la bien-aimée, quand scander son nom la rend enfin tangible ; l’objet lui-même est touchant : spirale et couverture plastifiée aux allures des cahiers Clairefontaine, collages divers, depuis les emballages des Malabar jusqu’à la carte scolaire, toutes choses regardant vers les rivages du pays imaginaire, tartine de Saint Moret et programmes télé, qu’il a fallu quitter. « Le degré de bonheur de l’enfance détermine le degré d’acharnement de fuite de l’âge adulte » : ce petit livre nous entraîne ainsi dans les méandres d’une mémoire peuplée d’une jolie maman et d’un bon papa, et d’une maîtresse adorée qui finit mal : elle ne reviendra pas. Et la mort rôde, se penche sur l’épaule des enfants, menace définitive et durable dont l’auteur ne se défera plus. « Je ne suis pas léger » : insatisfait quand bien même il se serait fait la vie dont il rêvait petit, malheureux comme les pierres et renversé de solitude, il charme pourtant par des traits de douceur et d’innocence. Sa maîtresse, sans doute, eût su le consoler.

Gilles Magniont

41 euros
Davy Mourier
Ankama éditions/éditions Adalie, 82 pages, 11,90

Le Matricule des Anges n°121 , mars 2011.
LMDA papier n°121
6.50 €
LMDA PDF n°121
4.00 €