La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les Carnets de Victor Frankenstein

mars 2011 | Le Matricule des Anges n°121 | par Thierry Guinhut

Les Carnets de Victor Frankenstein

Polygraphe impressionnant, Peter Ackroyd maîtrise aussi bien les attendus de la biographie (Chaucer, Shakespeare) que ceux de l’essai : son monumental Londres, la biographie fit date. La corde supplémentaire de son talent résonne dans le roman. Après Le Dossier Platon ou L’Architecte assassin, le voici s’attaquant à l’un des plus grands mythes de la littérature mondiale, n’ayant rien moins que l’ambition folle de réécrire le chef-d’œuvre de Mary Shelley : Frankenstein. Mais loin d’être une redite, cette recréation du savant, qui fait de la science une dangereuse transgression des bornes de la nature, est plutôt palpitante. L’on sait que Mary Shelley l’imagina à l’occasion d’un concours avec Byron, Polidori et Shelley. De ces derniers, Ackroyd fait les personnages historiques de son suspense fantastique et science-fictionnel. La dimension documentaire sur laquelle s’est appuyé notre auteur apporte une assise solide aux aventures trépidantes de l’apprenti sorcier halluciné. Mais, poursuivant notre immersion dans ce double distancié, voire ironique, de la littérature romantique du XIXe siècle anglais, nous découvrons une facette inédite du mythe : le Docteur Frankenstein n’a-t-il fait que rêver sa créature, n’est-il qu’un nouveau Docteur Jekyll ? Sans compter que le golem, mis en scène par Gustav Meyrink, pointe le bout de son nez… Ainsi, Peter Ackroyd confirme sa vocation de romancier postmoderne, agrégeant des traditions littéraires diverses en un tout à la fois composite et cohérent. Hélas, l’on sait que ce mythe du savant qui provoque le mal est tristement anti-scientifique. La limite d’Ackroyd est peut-être de n’avoir pas su prendre ses distances avec les préjugés…

Thierry Guinhut

Les Carnets de Victor Frankenstein
Peter Ackroyd
Traduit de l’anglais par Bernard Turle
Philippe Rey, 252 pages, 21

Le Matricule des Anges n°121 , mars 2011.
LMDA papier n°121
6.50 €
LMDA PDF n°121
4.00 €