La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Ne pas tomber

avril 2011 | Le Matricule des Anges n°122

Ceux qui, au moins une fois dans leur vie, ont eu à croiser les gants le savent : la boxe est au-delà du sport. David Fauquemberg, lui, l’a bien compris. Aux textes qui ne manquent pas sur ce sujet, il faudra maintenant ajouter ce roman qui s’ouvre sur l’essoufflement, l’asphyxie, la saturation – « Foutu protège-dents, je ne peux plus respirer. Je happe l’air, jamais assez, sur le temps mort entre deux frappes » – et s’achève dans un même halètement, vous verrez comment. Et tout du long coule la sueur : celle des corps qui s’entraînent à en perdre haleine, à défaillir. La sueur, oui, et le sang : celui des corps meurtris qui, entre les cordes, encaissent, ballottés, et reviennent à la charge surnaturellement. C’est tout cela que l’auteur met en scène dans une histoire de fascination, celle qu’éprouve le narrateur, boxeur amateur tout prêt de raccrocher les gants, pour un prodige du noble art rencontré à Cuba lors d’un stage dont il est l’un des accompagnateurs. D’ailleurs, c’est aussi sa fonction auprès du lecteur ; il l’accompagne dans la découverte d’une île à l’atmosphère poisseuse et de Yoangel Corto, ce boxeur hors normes. « Partager le ring avec cet homme-là, ce devait être un cauchemar. » Mais vu de l’extérieur, en spectateur, c’est un rêve qui se vit à guichets fermés.
Si la boxe est si difficile à rendre c’est que la langue, souvent, ne suit pas. Question de rythme, de cadence. Pas chez Fauquemberg, dont le style à percussion suit le tempo, toujours dans le timing. Son livre, dans son parti pris de réalisme, fait crépiter les mots en partageant la vision que le narrateur se fait de ce sport et d’un homme qui l’incarne. La beauté de ce récit tient dans le portrait d’une force pure, d’une énergie brute et surtout dans ce qu’elle soustrait au monde et ce qu’elle lui rend. Car il y a dans l’expression de la force une dépossession de soi autant qu’un dépassement. Double mouvement que David Fauquemberg, entre deux uppercuts, a très bien su capter.

Anthony Dufraisse

Mal tiempo
David Fauquemberg
10/18, 281 pages, 8,20

Ne pas tomber
Le Matricule des Anges n°122 , avril 2011.
LMDA papier n°122
6.50 €
LMDA PDF n°122
4.00 €