La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L' Ami des femmes

mai 2011 | Le Matricule des Anges n°123

L' Ami des femmes

Nombreux sont les romans qui nous abreuvent d’amour, de bluettes sentimentales, d’histoires d’adultère. Il faut donc offrir une dimension supplémentaire pour que nous acceptions de lire d’un œil plus qu’indulgent cet Ami des femmes. Dans un registre doux-amer, Diego Marani conte l’histoire d’Ernesto, un homme à femmes qui souhaiterait pourtant échapper à leur emprise. Ce n’est pas un Don Juan forcené, ni un Casanova brillant, mais un homme à la quarantaine banale, un professeur de lettres qui écrit un peu et s’est marié par convention. Bien qu’antihéros, il s’offre des frissons hors du foyer conjugal. Peur du désir, peur de la souffrance amoureuse, il joue le fougueux pour se rassurer autant que se protéger de la passion, de ses désordres et de ses grandeurs. Ce serait plutôt une amitié asexuée qu’il rechercherait, sans y parvenir, si souvent excité qu’il est par le désir, avec ses collègues Laura et Marisa, puis une ancienne élève, Lucia : « la précocité de la jeune fille l’effrayait et l’affamait à la fois ». Jasna, Slovène et femme fatale, complétera la périlleuse initiation. Entretemps, il s’est heurté à l’étrange docteur Parovel, mentor en immoralité et trouble observateur. Proche de la naïveté romantique, Ernesto est dépassé par ces femmes parfois cruelles, cyniques, voire dominatrices, qui se jouent de lui, à la limite du « jeu pervers », quoique l’écriture ne tombe pas dans l’obscénité. Ainsi les rôles traditionnels sont inversés, sans que notre pauvre homme trouve enfin la paix… L’auteur de Nouvelle grammaire finnoise, son roman le plus connu, donne ici une chronique sentimentale et sexuelle bien contemporaine et légèrement satirique, mais peut-être décevante : en effet, son personnage finit par « réaliser que ses sentiments ne lui avaient rien appris ». Reste, dans Trieste qui fut la ville de Svevo, le parfum de fines analyses psychologiques tourmentées.

Thierry Guinhut

L’Ami des femmes
Diego Marani
Traduit de l’italien par Ana Colao
Rivages, 320 pages, 21,50

Le Matricule des Anges n°123 , mai 2011.
LMDA papier n°123
6.50 €
LMDA PDF n°123
4.00 €