La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Jeux d’oiseaux dans un ciel vide

mai 2011 | Le Matricule des Anges n°123

Jeux d’oiseaux dans un ciel vide

Bel exercice d’une écriture ludique et contrainte que cet étonnant ouvrage de Fabienne Raphoz, dont nous avons déjà observé l’intérêt pour l’oiseau. Ici, le canevas est cependant scientifique, et c’est ce qui fonde l’originalité de la démarche ; l’auteure procède à une forme de recensement poétique de l’ensemble (pense-t-on) des dénominations de l’arbre taxinomique de l’ornithologue. Aussi avance-t-on, délicieusement, dans le livre comme dans un chant incantatoire en une langue étrangère, dont on connaît seulement les structures mais point le vocabulaire, expérimentant pleinement la valeur ce que les linguistes appellent les « désignateurs opaques » : « Basilornes goulins streptocittes mainates minos rufipennes choucadors spréos martins sont des étourneaux ». Cependant, la lecture est tout sauf monotone : parmi ces énoncés descriptifs s’insèrent, ruptures et respirations, de brèves citations de sources diverses, ou bien des poèmes de Fabienne Raphoz : « elle flotte / accolade italique à contre-jour du bleu / fine réplique aux troncs surlignés / des sables ».
Il va de soi que la lecture à voix haute met particulièrement en valeur juxtapositions ou collisions de syllabes et de sonorités qui surprennent et régalent l’oreille au moins tout autant que, par exemple, des exercices phonétiques d’un Ghérasim Luca. Tandis que l’aspect lexicophile du texte, en lequel il faut voir aussi une formidable collection de noms – noms d’oiseaux (!), certes, mais aussi noms propres de lieux formidablement évocateurs, parmi la forêt de leurs majuscules, de multiples ailleurs – lui confère une dimension de richesse foisonnante : « le Francolin de Swierstra le Tétras des prairies le Tétras pâle la Perdrix noire la Perdicule du Manipur la Torquéole du Cambodge la Torquéole de Gingi le Tragopan de Hastings le Tragopan de Blyth… » Au-delà de l’aspect ludique certain, il y a dans ces « augures » une volonté, comme dans les litanies onomastiques de Novarina, de sauver de l’oubli, de consigner intégralement en lieu sûr par le biais de la dénomination, ce qui tend vers l’éparpillement ou la disparition.

Marta Krol

Jeux d’oiseaux dans un ciel vide
Fabienne Raphoz
Héros-Limite, 213 pages, 20

Le Matricule des Anges n°123 , mai 2011.
LMDA papier n°123
6.50 €
LMDA PDF n°123
4.00 €