La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Haut et court

octobre 2012 | Le Matricule des Anges n°137

Raconté et commenté depuis l’au-delà par l’un des protagonistes, le suicide d’une famille de quatre personnes provoque un malaise salutaire. Philippe Cohen-Gillet, parti d’un fait divers, donne en effet la parole au fils des pendus et pose un premier paradoxe : ce récit d’outre-tombe devrait permettre d’accéder à l’explication du geste. Or, il n’en est rien. L’auteur évite le piège d’un récit simpliste qui remonterait le fil du temps, trouverait quelques raisons de désespérer et justifierait à rebours la mort programmée. Sa démarche illustre pleinement la citation mise en exergue du livre : « La fatigue fouillait dans le tout-à-l’égout de la mémoire et rejetait à la surface des bribes de bonheur. » L’extrait est tiré de Clair de femme, de Romain Gary (suicidé en 1980). Pas de démonstration donc, mais une illustration : le tableau de la vie quotidienne d’une cellule familiale qui ronronne sur fond de crise économique. Le père est poussé un peu trop tôt vers la retraite, la fille doit renoncer à son emploi dans une auto-école, le fils vivote comme magasinier dans un discount, la mère, anxieuse, tente de maintenir le lien qui unit chaque membre du clan. Dramatique ? Lors des repas, plane il est vrai une incompréhension foncière. Comme si chacun, séparément, se dirigeait vers l’inéluctable : « Les rôles étaient bien répartis et les effets de surprises limités. Ça nous rassurait je crois. » Avec un humour grinçant et un détachement permanent, l’écrivain nous confronte à l’incompréhensible. Le gendarme qu’il met en scène, rationnel jusqu’à la caricature, enquête sur la scène de crime. Il traque un scénario logique et passe évidemment à côté de l’essentiel. Reste de ces confidences une impression de lassitude face à l’époque, une fatigue de l’âme qui se retrouve même dans la langue : « J’avais toujours trouvé un chouïa paradoxal que « tomber amoureux » soit censé « donner des ailes ». On se casse la gueule ou on s’envole, il faut choisir ! ». Les quatre ont choisi.

Franck Mannoni

Haut et court
Philippe Cohen-Gillet
Le Dilettante, 253 pages, 17

Le Matricule des Anges n°137 , octobre 2012.
LMDA papier n°137
6.50 €
LMDA PDF n°137
4.00 €