La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La Résistance à la poésie

juillet 2013 | Le Matricule des Anges n°145 | par Richard Blin

La Résistance à la poésie

Peut-on percer le secret du plaisir que nous donne la poésie ? Par quelle mystérieuse alchimie parvient-elle à nous capter ? C’est à ces questions, que s’attaque James Longenbach, professeur de littérature à l’Université de Rochester, poète lui-même et déjà auteur de plusieurs essais.
Loin de la pensée simpliste qui voudrait réduire les poèmes à leur contenu, Longenbach montre que leur pouvoir dépend moins de la signification que de la façon dont ils signifient. À commencer par la désolidarisation de la ligne et de la syntaxe, car c’est cet usage stratégique de la découpe des lignes qui détermine la façon dont nous vivons le déploiement temporel d’un poème et la façon dont une phrase prend sens pour nous. Un sens conditionné par les disjonctions, ces relations non logiques qui, lorsqu’elles ne sont pas gratuites, crée « un étonnement métaphysique ». Tout un travail de la forme – on sait que le mouvement objectiviste américain a fait du langage un objet – qui s’appuie sur la séduction physique de la sonorité et sur les potentialités qu’offre l’espace séparant le littéral du figuré. « Nier l’aptitude d’une métaphore à nous distraire de ce qu’elle dit, c’est se brouiller avec le plaisir de la poésie. »
Procédant méthodiquement, Longenbach explore ensuite les modes selon lesquels les poèmes habitent la question de leur propre voix, montre comment l’alternative ouvre un vertigineux champ de possibles. Il évoque la manière dont les poèmes de Wordsworth, Steven, Bishop, ou Graham nous enseignent à aimer nous laisser troubler par la difficulté. Car le vrai défi de la poésie est de nous étonner, de déranger notre propension à toujours vouloir donner un sens au monde. La poésie n’est pas un véhicule de connaissances, elle veut « réveiller en nous le plaisir de l’inintelligibilité du monde ». Un but qu’elle atteint en usant des imprévisibles détours de la syntaxe, des connotations « évasives » de la métaphore, de notre besoin « d’entendre des voix là où il n’y en a pas », instillant en nous « un désir passionné pour autre chose qu’elle-même ».

Richard Blin

Résistance à la poésie
James Longenbach
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Claire Vajou,
Éditions de Corlevour, 192 pages, 21,90

Le Matricule des Anges n°145 , juillet 2013.
LMDA papier n°145
6.50 €
LMDA PDF n°145
4.00 €