La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Sans olifant ni couronne

janvier 2014 | Le Matricule des Anges n°149

Ex-éditeur et petit-fils de surréaliste, Antoine Audouard arrange le jardin littéraire français en y plaçant une chanson de geste.

La Geste des Jartés : Chanson

Comme naguère Céline Minard avec Bastard Battle, Antoine Audouard joue le gardon dans le ruisseau étale des lettres françaises d’aujourd’hui avec une pièce de littérature libératoire, aussi inattendue que délectable, pour ne pas dire vengeresse. Après avoir produit plusieurs romans en vingt ans, il improvise une chanson de geste du XXIe siècle, l’une des toutes premières de notre âge sans doute, qui témoigne d’un état déliquescent du monde économique, social et culturel mais aussi d’une ferveur du langage et d’une fermentation des mots dignes d’exciter ceux qui attendent d’être épatés.
Petit-fils du surréaliste André Thirion (1907-2001), fils du romancier Yvan Audouard (1914-2014), ancien éditeur pour les maisons Fixot et Robert Laffort, Antoine Audouard s’est intéressé en baladin au sort des salariés d’une PME, une maison d’édition en l’occurrence, prise dans les rets de « repreneurs ». En cinq jours qui précèdent le « plan social », c’est la chronique aigre-douce, drôlement triste et tragiquement bouffonne des salariés qui vont être jetés à la rue, littéralement « jartés ». Il y dit la perte du sens, de l’identité, du poste – évidemment – et donc du rôle social de chacun, puisque les dirigeants eux-mêmes flottent souvent dans des vêtements trop grands. La Geste des Jartés, ou comment l’on coupe les fils à plomb.

D’où sort ce « jarter » ?
C’est un mot que mon fils adolescent emploie pour « jeter » mais dont j’ignorais qu’il était du vieil argot français…

Pour quelle raison avez-vous choisi la forme de la geste pour évoquer ces « Jartés » ?
J’ai commencé à l’écrire en prose mais après le « premier jour », j’ai écrit un chœur final qui m’a procuré tant de plaisir que j’ai tout repris depuis le début dans cette forme. Les rimes et le rythme m’ont ensuite guidé et je me suis laissé faire (pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression physique d’écrire « sous la dictée ») jusqu’à la conclusion du cinquième jour. Le conscient n’a repris la main que pour la phase des corrections… En poésie comme en prose il est des phrases qu’il est délicieux d’écrire et plus délicieux encore de couper – je n’aime pas l’overkill, et puis des redondances pour raconter l’histoire de gens rendus redondants – en anglais, être licencié c’est bien to be made redundant – ç’aurait été un comble !

Vous aviez un modèle en tête ?
Émotionnellement et linguistiquement, la forme me rendait mes premières et inoubliables impressions littéraires, la Chanson de Roland, que je ne peux pas relire sans pleurer comme si, pour la première fois, Roland prenait son olifant pour appeler son oncle Charles à la rescousse. De plus, ce n’est pas un hasard que cette forme ait été la première utilisée, en français, pour raconter une histoire. Elle est d’une souplesse merveilleuse dans la narration car elle permet d’éviter les transitions inutiles et de sauter d’un plan à l’autre avec efficacité, ce qui en fait une géniale...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°149
4.00 €