La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Le Dit du rature / le dit du lezarde

janvier 2014 | Le Matricule des Anges n°149

Le Dit du rature / le dit du lezarde

Voici réunies en un recueil deux méditations d’un auteur qui n’écrit « que sur papier, n’utilisant jamais la machine (le média), ordinateur ou même machine à écrire. » Selon la définition du Robert, le dit est « une petite pièce traitant d’un sujet familier », genre littéraire remontant à la période médiévale. Tout en nous relatant ses difficultés avec l’écriture, Jacques Roman fait ici l’éloge de ce geste brouillon, de cette « manie » qui le pousse à saturer la page blanche de biffures. L’activité d’écrire se confond alors avec le geste de raturer par lequel « a lieu la gestation de l’écriture ». Exact équivalent de l’acte d’écrire, la rature procède de la même énergie que celle qui donne naissance à l’écriture. Si le premier dit nous en conte les écueils, le second nous en dévoile la part de déraison. Voilà la faille, la lézarde, « plaie », « crevasse », par quoi nommer le fait d’écrire. Nous invitant à en suivre les bords, l’auteur guette alors les métaphores que sa contemplation lui suggère. Portrait énamouré de la lézarde : sa beauté « accidentée » ouvre à une connaissance de soi, rappelant, selon l’expression de Henri Michaux, les gouffres par lesquels il faut en passer. La lézarde « que la violence a fait naître garde de la violence la mémoire ». Au fil du texte, la lézarde s’affirme « blessure ». Sentencieuse la parole de Jacques Roman tend à plus de gravité qu’elle ne le suggérait en premier lieu. La lézarde personnifiée devient allégorie. « La lézarde est vêtue comme une folle. » On pense alors à la gravure d’Albrecht Dürer, intitulée La Mélancolie, représentant sous les traits d’une femme méditant à son pupitre, l’air sombre et inquiet, cette humeur noire par laquelle se nommait la folie.

Emmanuelle Rodrigues

Le Dit du raturé / le dit du lézardé
Jacques Roman
Éditions Isabelle Sauvage, 64 pages, 15

Le Matricule des Anges n°149 , janvier 2014.
LMDA PDF n°149
4.00 €