La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Troubles

mars 2014 | Le Matricule des Anges n°151

Dans La Nuit tombée, Antoine Choplin nous embarquait dans un genre de road-movie post-apocalyptique. Le revoilà pour un nouveau voyage, en tout cas dans le premier texte de ce recueil qui en compte quatre. Nouvelle, conte, parabole, fable, on ne sait trop, à la vérité, comment les qualifier. Leurs contours sont trop mouvants et leur contenu sans doute trop étonnant pour définitivement les cataloguer. Le texte qui donne son titre au livre voit deux hommes traverser des paysages inhospitaliers. Un périple qui va les amener à flirter avec les précipices. Deuxième temps, « Le cours des choses », qui met en scène Wagram, employé d’une étrange fabrique, étourdi par la lecture d’un ouvrage de Giordano Bruno. Troisième séquence : « La conjecture d’Olga ». À nouveau un monde oppressant, qui ressemble à s’y méprendre au goulag. Parmi les détenus, trois scientifiques veulent à tout prix, quoi qu’il leur en coûte, honorer Olga Chaïkovskaïa, une mathématicienne qui vient de mourir en internement. Quant au dernier texte, peut-être le plus déroutant, il met en scène un homme poussant un automatophone, terme générique qui désigne les instruments produisant de la musique par des procédés mécaniques… L’aura-t-on compris, Choplin n’a pas son pareil pour entretenir le trouble, créer une atmosphère pesante ou prenante. Il a une façon bien à lui, aussi, de donner à voir, dans de telles situations, de furtives et tenues manifestations d’humanité. C’est une épaule qui en frôle une autre, « le premier rayon de lumière du matin », deux mains qui s’effleurent, une vibration sonore. Pour sûr, oui, Choplin déboussole ; ses écrits inquiètent, intriguent, interrogent. C’est que rien, jamais, n’est écrit à l’avance, prévisible. Avec lui on avance dans le noir, à tâtons. Lire Choplin, preuve en est une fois de plus, c’est accepter de faire un saut dans l’inconnu.


Anthony Dufraisse

Les Gouffres
Antoine Choplin
La Fosse aux ours, 132 pages, 16

Troubles
Le Matricule des Anges n°151 , mars 2014.
LMDA PDF n°151
4.00 €