La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Antoine Choplin

A propos

Hommes en habit de lumière Leur amitié va traverser l’Histoire. L’un est un écrivain connu, c’est Vaclav Havel. L’autre est un jeune cheminot. Il se nomme Tomas Kusar. Un tendre, Un taiseux, comme sait les faire vivre Antoine Choplin. Éblouissant. Tomas Kusar regarde passer les trains de marchandises, il aime ça, surtout celui de Kudowa, le 22h09 : « Les wagons sont bourrés de minerai, pour peu qu’il y est un peu de lune, ça produit des sortes de scintillements…  » Tomas est cheminot à la gare de Trutnov, c’est à une centaine de kilomètres de Prague. Tomas est un jeune gars, il mène une vie simple, et même si le boulot est dur, très dur, il n’en fait pas tout un plat. Il a une attirance pour la nature, surtout les arbres. Lorsqu’il marche le long des voies ferrées, il les admire, les sent, peut-être leur parle-t-il, à sa manière,...
janvier 2017
Le Matricule des Anges n°179

L’écriture aux aguets

Récit d’une rencontre fortuite entre un drôle d’homme et une femme amnésique, Apnées d’Antoine Choplin célèbre la cristallisation amoureuse. Suite à un embouteillage, puis à la panne de sa vieille berline, Arsène Margay doit renoncer à l’âpre jouissance d’un entraînement d’apnée dans les eaux du lac Léman, près de Rolle. Soutenu par deux hommes pourvus de « forts arguments bicipitaux », il abandonne sa « voiture défaillante » aux bons soins d’un garagiste de Plan-les-Ouates, petite commune suisse dont le « nom aux sonorités...
octobre 2009
Le Matricule des Anges n°107

Visages découverts

Dans son nouveau roman, Antoine Choplin compose le portrait sensible d’un artiste qui, promenant son regard d’enfant sur le monde et les êtres, révèle un peu de leur douleur. Des personnages qui habitent les livres d’Antoine Choplin émane une grande douceur. Ils ont cette sorte de grâce qui suscite chez le lecteur empathie et questionnement, désir de les approcher au plus près pour capter une part de leur mystère. Mais il faudra se résoudre à prendre congé d’eux avec pour seul butin quelques bribes de leur vie, l’ombre de leur secret portée sur la page. Radeau, le...
avril 2005
Le Matricule des Anges n°62

Ouvrages chroniqués

Partiellement nuageux
de Antoine Choplin
2019
Roman tendu d’espoir, Partiellement nuageux fête les retrouvailles avec l’écriture d’Antoine Choplin. Ici, et comme toujours chez l’auteur de Radeau, de La Nuit tombée, ou de Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar, l’intrigue propulse tout en douceur le lecteur dans un autre espace-temps, un ailleurs sentimental, un clair-obscur où l’Histoire posée en filigrane flirte avec l’universel, où les destinées d’anonymes sont enfin réhabilitées. Dans un coin du Chili, oublié de la modernité mais pas des ravages de la dictature, vit, seul, Ernesto, astronome. Il étudie les nuages de Magellan,...
Martine Laval
janvier 2019
Le Matricule des Anges n°199
Une forêt d’arbres creux
de Antoine Choplin
2015
Avec ce livre enluminé d’images nées d’une écriture d’une grande justesse, Antoine Choplin retrace le combat que mena un artiste tchèque dans le camp de Terezin. Il y a dans les livres d’Antoine Choplin quelque chose que l’on retrouve de l’un à l’autre, qui appartient à l’ordre de la sensation et, fort heureusement, résiste à la définition. Un je-ne-sais-quoi qui s’ancre dans le territoire désormais familier d’une écriture singulière et s’aventure avec une délicatesse inquiète dans le questionnement des liens fragiles qu’un être tisse avec le monde qui l’entoure, liens qui finissent par faire trame, motifs. Antoine Choplin en saisit les fils, en fait la matière de sa phrase, la substance du texte. Comme c’était le cas de plusieurs de ses ouvrages...
Jean Laurenti
septembre 2015
Le Matricule des Anges n°166
Radeau
de Antoine Choplin
2003
Sous l’Occupation, un homme et une femme mènent un combat universel. Antoine Choplin livre un récit pudique et poignant. Ce roman d’Antoine Choplin tient beaucoup dans les instants suspendus, servis par une phrase délestée du superflu. Il nous entraîne dans les années de la Résistance à l’Allemagne nazie : un ennemi qui ne paraît que furtivement dans l’éclat des détonations, de la mort donnée et reçue. L’ordinaire des jours. Le roman s’ouvre dans une nuit et se clôt dans une autre. Une rencontre, une séparation. Été 1940 : un homme conduit un camion sur une route poitevine. Plus tard on saura qu’il convoie des tableaux du Louvre, quelques-uns des chefs-d’œuvre qu’on veut soustraire à l’appétit de...
Jean Laurenti
septembre 2003
Le Matricule des Anges n°46