La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire La Beffa di Buccari

mars 2014 | Le Matricule des Anges n°151 | par Richard Blin

Étonnant personnage que Gabriele d’Annunzio (1863-1938), « l’animal le plus bizarre, le plus réticent de la littérature italienne » disait de lui Giorgio Manganelli. Poète adulé, esthète plutôt que dandy, cinéaste, séducteur incorrigible, cet expert en voluptés (L’Enfant de volupté, 1892) avait choisi de faire de sa vie une œuvre d’art. Mais ce don Juan était également un homme d’action. Quand, en 1914, la guerre éclata, lui qui vivait en France – où il s’était réfugié pour fuir ses créanciers et échapper à la prison – s’engagea corps et âme en faveur de l’intervention de son pays auprès de la France, ce qu’il fit effectivement en mai 1915. D’Annunzio, alors âgé de 52 ans, se lança à corps perdu dans cette guerre.
Officier émérite, aviateur héroïque, il brave le danger, l’accable même de son mépris, espérant secrètement que la guerre lui donne une belle mort. Elle ne lui prendra qu’un œil et l’alourdira de quelques médailles en lui donnant l’occasion de multiplier actes de bravoure et bravades. Ainsi, ce pied de nez aux Autrichiens de février 1918 que relate La Beffa di Buccari, La Farce de Buccari, un port croate aujourd’hui appelé Bakar.
Dans le récit qu’il en fait – un récit pétri de sentiments fougueux, de mentalité épique, de gourmandise lexicale et d’esprit esthétisant –, D’Annunzio nous conte ce raid audacieux où l’héroïsme et la moquerie vont de pair. Une entreprise de corsaires consistant à aller narguer la flotte autrichienne là où elle se croyait le plus en sécurité, au fond de la baie de Buccari. Trois vedettes vont profiter de la brume pour s’approcher au plus près de leur cible et lancer leurs torpilles mais aussi – et là est « la beffa » – trois bouteilles scellées aux couleurs de l’Italie, contenant chacune un cartel, rédigé de la main de d’Annunzio et plein de mépris pour les Autrichiens. Une insolence du poète et un raid auquel celui-ci s’empressa de donner grand écho, et qui, via le Corriere della Sera, le New York Times et Le Figaro eut un retentissement mondial.

Richard Blin

La Beffa di Buccari
Gabriele d’Annunzio
Traduit de l’italien et présenté par Michel Orcel,
La Bibliothèque, 120 pages, 13

Le Matricule des Anges n°151 , mars 2014.
LMDA PDF n°151
4.00 €