La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Chiaroscuro

mai 2014 | Le Matricule des Anges n°153

Deborah Heissler, née en 1976, c’est d’abord deux livres – Près d’eux, la nuit sous la neige, et Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe (Cheyne éditeur, 2005 et 2010) – dont la mystérieuse douceur dévore, deux livres spiralant autour d’un « quelque chose qu’on ne peut dire à personne », mais dont on ressent la force palpitante. Deux livres dont l’herbe et le feu, la nuit et la neige, le don et l’abandon donnent l’échelle et qui entraînent, parmi ronces et guêpes, ressacs de peau dénudée et brusques retours de mémoire, entre des paysages-palimpsestes gardant vivante en sa beauté plénière une présence perdue. Chiaroscuro prolonge ces deux livres, se resserre sur l’énigme ouverte, comme on le dit d’une fracture, d’un chant venant mourir amoureusement dans « un désordre d’aube et de feu ».
Écriture nue de l’émotion pure et simple, livre de l’ébranlement physique, de la mise en intensité d’une perception d’un réel fait de gestes suspendus, comme en équilibre sur l’arête vive du temps. Une suite de saisies, d’évidences brutes, s’articulant en deux mouvements, « Camera » et « Oscura ». Enfer et paradis coexistant, nuit et neige nouant, dénouant leurs configurations passagères. « Écorce rouge étreinte sous le pli de la nuit / Neige // nocturne aux lèvres de l’aimée / Fruit âcre brûlé / en / la langue ».
Les corps sont dans une proximité confondante et en même temps au bord d’un éloignement définitif. D’où une parole comme en porte à faux face à ce qui se dérobe, écriture fragmentée, tendre et tendue, claire et obscure. Dans l’angle mort s’ouvrent les yeux, s’ouvrent les lèvres, se cherchent les chemins qui mènent à la bouche. Voix blanche pour un cantique brûlé. Chiaroscuro est un champ d’empreintes – « des ciels cousus de songes et des noces, / rien que l’empreinte » –, un incendie en cendres prenant mesure du silence, et rêvant de neige éternelle.

Richard Blin

Chiaroscuro
Deborah Heissler
Avec deux linogravures d’André Jolivet
Æencrages & Co, non paginé, 18

Le Matricule des Anges n°153 , mai 2014.
LMDA papier n°153
6.50 €
LMDA PDF n°153
4.00 €