La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le Professeur et la Sirène

juillet 2014 | Le Matricule des Anges n°155 | par Thierry Guinhut

Le Professeur et la Sirène

Le succès du Guépard, magnifié par le film de Visconti, cache dans son ombre un récit lumineux et aquatique, « Le professeur et la sirène », qui est l’un des quatre joyaux de ce recueil. En ses « Souvenirs d’enfance » qui constituent le premier volet de ce retable, c’est une série d’impressions visuelles parmi les vastes demeures de la noblesse sicilienne, ranimées par les fragments autobiographiques. Mais aussi, dans « Les chatons aveugles », un cadastre « coloré de jaune » à mesure des achats, « un château de mensonges (…) entièrement fait de cuisses de femmes »
À partir d’une rencontre réaliste, la confession du vieux professeur à son jeune camarade déplie une histoire fantastique d’un postromantisme échevelé. Car lorsque le narrateur se retire près d’une mer solaire, l’érotique apparition d’une voluptueuse, apollinienne et dionysiaque sirène, Lighea « fille de Calliope » qui parle en grec ancien, est le prélude d’une amoureuse parenthèse aux vies trop sordides. Il faut se plonger en ces pages éclaboussées d’éros, de beauté et d’émotion pour savoir comment le professeur rejoindra sa nostalgie infinie. Construite autour d’une antithèse entre les deux hommes, entre une ville froide du nord italien et les abords méditerranéens de l’Etna, ce récit est également une profession de foi esthétique nietzschéenne, à laquelle cette nouvelle traduction rend splendidement justice.
Lampedusa (1896-1957) était toujours un peu ailleurs : dans son enfance somptueuse, dans le passé mythique en décomposition du Guépard, dans un au-delà merveilleux où vivent et aiment les sirènes. Seule l’écriture, produite dans ses seules dernières années, a pour nous rédimé les temps disparus et les rêves impossibles.

Thierry Guinhut

Le professeur et la sirène,
de Giuseppe Tomasi Di Lampedusa
Traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro
Seuil, 192 pages, 18

Le Matricule des Anges n°155 , juillet 2014.
LMDA papier n°155
6.50 €
LMDA PDF n°155
4.00 €