La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Ethique du mikado

juin 2015 | Le Matricule des Anges n°164

Ethique du mikado

Cet essai (suivi d’un entretien avec le réalisateur) n’est pas seulement un livre sur le travail de Michael Haneke que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier de pervers. Bien entendu, Sarah Chiche analyse sa manière de monter les films, de diriger ses acteurs, de fragmenter la narration, etc., mais elle en profite pour s’interroger sur « une civilisation où les distinctions classiques entre les bons et les méchants, les victimes et les bourreaux sombrent dans le flou : le flou d’un œil compliqué, malaxé par les images ». Le cinéma de Haneke est wittgensteinien au sens où «  ce qu’on ne peut pas dire, il faut le montrer. Et ce qu’on ne peut pas montrer, il faut le faire entendre. » Ce qu’on ne peut pas dire, c’est l’humiliation et la violence. Et ce qu’on ne peut pas montrer c’est ce que Haneke appelle « l’horreur au premier degré, l’horreur véritable », comme les meurtres d’enfants qu’il ne filme jamais, se contentant de nous les faire entendre. Loin de tout voyeurisme, Haneke « pose très clairement la question du mal en tant qu’il infeste un œil déjà disposé à la malignité » et c’est en ce sens que son cinéma a une dimension éthique : il invite en effet le spectateur à s’interroger sur les raisons qui le poussent à rester devant son écran. Si les films de Haneke paraissent parfois une épreuve, c’est parce qu’ils disent quelque chose sur l’homme et que, comme l’écrit Sarah Chiche : « Un film est toujours une épreuve de vérité et si ça n’en est pas une, c’est que nous ne regardons pas un film mais une publicité pour un yaourt. » Sous la surface policée des choses, Haneke veut montrer que, tous en tant que nous sommes, « nous nous débattons dans le bourbier de nos passions tristes ».
Passionnant à plus d’un titre, Éthique du Mikado est bien plus qu’un livre sur le cinéma : c’est un essai sur le mal et la fascination qu’il exerce sur nous.

Éric Bonnargent

Éthique du Mikado : essai sur le cinéma
Michael Haneke
De Sarah Chiche, PUF, 221 p., 19

Le Matricule des Anges n°164 , juin 2015.
LMDA PDF n°164
4.00 €