La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Une vie dans les marges

septembre 2015 | Le Matricule des Anges n°166 | par Anthony Dufraisse

La maladie à l’œuvre marginalise les êtres. Parce qu’inaccessible, leur souffrance physique ou psychologique les met insensiblement à part, à l’écart. Soit qu’ils se retirent d’eux-mêmes, soit qu’on les y pousse, sans le vouloir. Atteinte d’Alzheimer, Odette Peigné, la mère de l’auteure, a trouvé refuge, elle, dans les livres. Et plus exactement dans les marges, ces espaces blancs de romans noirs, toujours, issus pour l’essentiel de la fameuse collection Le Masque. Là, sur les bas-côtés des pages (d’ailleurs reproduites en fac-similé), elle se manifeste. Des mots de sa main, des maux à vif. Vie en sursis, sursauts triviaux d’une volonté de vivre encore, mais autrement. Jour après jour, pendant les dernières années de son existence, elle transfère sur le papier un peu de sa quotidienne solitude. « L’écriture manuscrite couvre les marges des livres, utilise chaque zone libre, couverture intérieure, feuille de titre, blanc entre deux chapitres… Tordue, ou droite, soulignée ou non. Toujours lisible ». À la mort de sa mère, découvrant ses livres annotés, Geneviève Peigné décide de s’en faire la méticuleuse greffière, « artisan ici du relevé authentique des phrases tantôt soulignées et tantôt manuscrites d’Odette ». Pudiquement, elle tente d’« entendre parler » sa mère dans ces traces d’encre. Des inscriptions au travers desquelles celle-ci s’immisçait dans l’histoire en cours, donnant la réplique à tel ou tel personnage, Roger Ackroyd, Maigret, Hercule Poirot ou Miss Marple, tissant à la longue un dialogue secret et comme crypté avec ses auteurs favoris, Agatha Christie, Simenon, Exbrayat.
Reflet de la confusion des sens, miroir de la dépression, L’Interlocutrice constitue en quelque sorte un devoir de mémoire. C’est aussi, et non moins profondément, une réflexion intime sur ce qui pousse un être à lire, à écrire, et à vivre comme il peut dans cet entre-deux.

Anthony Dufraisse

L’Interlocutrice de Geneviève Peigné,
Le Nouvel Attila, 120 pages, 16

Une vie dans les marges Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°166 , septembre 2015.
LMDA papier n°166
6.50 €
LMDA PDF n°166
4.00 €