La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Carnet d’abondance

octobre 2015 | Le Matricule des Anges n°167 | par Virginie Mailles Viard

Quand le diable sortit de la salle de bains

Sophie n’a plus un rond en poche. Enfin, si. Il lui reste 300 euros, moins les 260 qu’elle doit à EDF. « On ne pouvait rien me reprocher. Je payais mes factures. Je mangeais pauvrement. Oui, j’étais courageuse. » Cette fin de mois difficile en annonce d’autres : pas d’offres de piges, pas de cours à l’horizon… Elle qui vivait en couple, a connu « la Débâcle », mais il lui reste sa famille, qui est grande ! Ses six frères, qui ont « fait leur vie », furent la tribu de l’enfance, la fratrie autour de laquelle tournoyait la petite Sophie. « Si je suis l’affamée de la famille, je le suis pour eux tous, tant j’ai longtemps voulu croire que nous formions à nous sept l’humanité tout entière. » Cette humanité est désormais circonscrite à l’appartement, au frigo vide. Dans ce journal de bord de chômeuse affamée, une mise en scène théâtrale s’installe, où « s’interpolisse » la maman, intrusions répétitives d’une voix off matriarcale porteuse de sages conseils, bien loin d’imaginer sa fille sombrer dans le dénuement. Interviennent Hector, l’ami chômeur, obsédé sexuel, et Lochus le démon imaginaire, spécialiste en conseils tordus.
Sophie n’est pas Cosette, et le récit caustique part en délire et mots-valises, s’extrait du réel, de Pôle Emploi et des grottes administratives, devient matière. L’auteur malaxe le texte comme une pâte, met en scène ses tentatives (sac de métaphores sous le lit), toujours dans la jouissance, l’appétence, alors que le ventre lui se creuse. L’écriture joue du graphisme dans un jeu incessant où alternent récit classique, calligrammes, SMS, mails, dialogues théâtraux. Voilà le livre-objet, qui semble passer directement de la main de l’auteur à celle du lecteur, où s’incarnent dans un imbroglio ludico-tragique le chômage, la faim, les angoisses. Après La Condition pavillonnaire, Sophie Divry revient sur la scène littéraire avec un appétit gargantuesque.
Virginie Mailles Viard

Quand le diable sortit de la salle de bains
de Sophie Divry
Notabilia, 320 pages, 18 e

Carnet d’abondance Par Virginie Mailles Viard
Le Matricule des Anges n°167 , octobre 2015.
LMDA papier n°167
6.50 €
LMDA PDF n°167
4.00 €