La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie S’il n’y avait pas d’herbe, si la poésie n’existait plus…

octobre 2015 | Le Matricule des Anges n°167 | par Dominique Aussenac

S’il n’y avait pas d’herbe, si la poésie n’existait plus…

Du caractère fragile des choses, êtres, plantes, herbes ou autres graminées, Nicole Drano Stamberg a toujours éprouvé une grande fascination, qu’elle décline dans ce vingtième recueil de poèmes. Lilas blanc, violettes, pissenlits, mousses, agaves, millets, lys, fuchsias renvoient à des souvenirs, des prégnances, des absences… D’abord, un rapport au déracinement-enracinement vécu dans son enfance, à cette Mutti, mère autrichienne qui l’a mise au monde dans les années de guerre. « D’un sol à l’autre / La racine s’acharne / En profondeur, / Se hisse enfin une hampe. Une lampe.  » Les mots, les vers libres s’invaginent, introduisent un monde onirique, presque une fantasmagorie. Le calice du datura se transforme en mazagran de porcelaine. Le gel fige la rose. Un parc labyrinthique s’offre à nous. La Stamberga, belle plante, virevolte. Sa façon à elle de nous accueillir. Elle métamorphose la douleur, l’horreur en espérance, évoque Henri Alleg et sa Question, l’hermaphrodite et le transexuel, Novalis et Ghérasim Luca. Nous conduit du Lodévois, terroir natal, au désert burkinabé, en passant par des forêts noires, des chemins de traverse, des jardins près de la mer. Les plantes émerveillent autant que leur terminologie savante. « Fuchsié. Onagrariées. Famille des Oenothéracées (plante qui a l’odeur du vin), Fuchsia de Fuchs. » La langue feule, vagit, s’haïkuse, s’onomatope : « AXZu Yhaaeif ffffruit…. » Nicole Drano Stamberg, employée de la poésie à temps plein, réinvente en herborisant, une autre présence au monde. « Herbe jamais désinvolte / Tu viens sur mes mots, / Me fais retrouver le chemin de halage / Où naissent les songes qui chambardent le visible. »
Dominique Aussenac

S’IL N’Y AVAIT PAS D’HERBE, SI LA POESIE N’EXISTAIT PLUS…
DE NICOLE DRANO STAMBERG
La Rumeur libre, 140 pages, 15 e

Le Matricule des Anges n°167 , octobre 2015.
LMDA papier n°167
6.50 €
LMDA PDF n°167
4.00 €