La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les Machines à désir infernales du docteur Hoffman

janvier 2016 | Le Matricule des Anges n°169 | par Thierry Guinhut

Les Machines à désir infernales du docteur Hoffman

Conformément à l’un de ses titres, cette nouvelle apparition d’Angela Carter (1940-1992) dans la langue française est encore un Théâtre des perceptions. Que se passe-t-il dans cette ville où sévit le Dr Hoffman, sinon des salves d’hallucinations ? Ce dernier en effet « modifiait la nature de la réalité ». Seul ou presque, le héros, Desiderio, saura ne pas perdre pied parmi le « chaos ».
C’est à une entreprise mémorielle que se livre le narrateur, immunisé on ne sait pourquoi : « J’ai survécu parce que je ne m’abandonnais pas au flux des images ». Sous l’égide du Ministère de la Détermination, Desiderio lutte contre les « machines à désir infernales » de ce Dr Hoffman (il fait penser au romantique allemand du XIXe siècle) qui offre à chacun la vision de ses fantasmes : l’opéra est empli de paons, les tableaux éjectent leurs personnages. La ville alors se change en « panique orgiaque », en « règne arbitraire du rêve ». Là où les pigeons « roucoulaient du Hegel », il est nécessaire de soumettre chaque chose au « test de réalité ». La lutte archétypale entre le Bien et le Mal se double de celle du rêve et de la réalité, jusqu’à ce que les secrets du Dr Hoffman, au laboratoire érotique de son « palais wagnérien », soient à la merci de la quête de Desiderio, amant passionné de sa fille, qu’il tuera…
Ce roman d’amour et de mort, dédié à la « femme ineffable » nommée Albertina, outrageusement surréaliste, kaléidoscopique et furieusement coloré, notablement associé au réalisme magique féministe par les critiques anglo-saxons, comblera le lecteur avide d’images incongrues, de surprises métaphoriques, de métamorphoses, de poisons et sucreries cultivés, en d’autres mots : d’aventure et de merveilleux de haute volée.
Thierry Guinhut

LES MACHINES À DÉSIR INFERNALES DU DR HOFFMAN
D’ANGELA CARTER
Traduit de l’anglais par Maxime Berrée, L’Ogre, 368 pages, 23 e

Le Matricule des Anges n°169 , janvier 2016.
LMDA papier n°169
6.50 €
LMDA PDF n°169
4.00 €