La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le Monde extérieur

mai 2016 | Le Matricule des Anges n°173 | par Julie Coutu

Le Monde extérieur

Fantaisiste, onirique, cruellement réel. Voilà pour le monde intérieur/extérieur de Jorge Franco dans ce conte noir sur fond de drame dans la Medellin des 70’s. Diego Echavarria, Don Diego, est enlevé par une bande de gamins des rues mal grandis, menée par Mono Riascos qui a élaboré un plan simple, pense-t-il, pour fuir avec son amant grâce à l’argent d’une rançon vite récupérée. Sauf que rien ne se déroule comme prévu. L’argent ne vient pas, la bande à Mono panique, rattrapée par son amateurisme, Don Diego se mure dans le silence. Et les vieilles histoires, celles des jours d’avant, ressurgissent.
Car derrière les deux hommes se dresse l’ombre d’Isolda, la fille de Don Diego. Elle a nourri les rêves de Mono enfant, qui la regardait jouer dans l’immense parc d’El Castillo, réplique de château à la française construit par un Diego romantique et amoureux, prison dorée, morceau d’Europe au cœur de la capitale colombienne.
Isolda est morte. Don Diego attend qu’on scelle son destin. Pour Mono, rien ne va plus. Sur un air de Wagner, Jorge Franco nimbe son texte de poésie, alterne envolées rêvées, triste quotidien, dérision légère. Le récit va et vient, et les narrations se succèdent. On lit les escapades de la fillette, l’enfance de Mono, l’Europe de Don Diego, le quotidien de l’otage et ses ravisseurs. Le Monde extérieur est un roman de l’obsession, de la claustration, de la solitude, et du souvenir, l’histoire d’un échec. Isolda n’est plus là mais c’est elle qui fait la trame du récit. Elle habite chaque recoin du texte, gamine à l’escorte d’amirages sortant d’entre les arbres, les cheveux en bataille hérissés de fleurs, silhouette de conte de fées. Le récit s’allège et nous conduit juste là, aux portes de la Colombie d’aujourd’hui. Et Jorge Franco trouve sa voie dans le réel merveilleux.
Julie Coutu

LE MONDE EXTÉRIEUR
DE JORGE FRANCO
Traduit de l’espagnol par René Solis, Métailié, 272 pages, 20 e

Le Matricule des Anges n°173 , mai 2016.
LMDA papier n°173
6.50 €
LMDA PDF n°173
4.00 €