La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Holloway Jones d’Evan Placey

octobre 2016 | Le Matricule des Anges n°177 | par Laurence Cazaux

Holloway Jones est née derrière les barreaux. Sa mère, trop défoncée, n’a pas réussi à lui donner un prénom, elle porte donc celui de la prison d’Holloway. « Une sorte de chœur antique moderne » comme le présente son auteur Evan Placey, et qui prend des formes différentes au fil de la pièce (pilotes BMX, voisins curieux, agents de sécurité, professeur…) prédit à la jeune fille un funeste avenir, celui de retourner très vite à la case départ, à savoir sous les verrous. Placée dans de nombreuses familles d’accueil, Holloway se découvre une passion, le vélo BMX. Elle y met toute sa rage. Elle est repérée par un coach qui vise pour elle les plus hautes compétitions. Mais elle tombe amoureuse d’un jeune délinquant, Avery, qui la couvre de cadeaux et l’entraîne dans sa chute. La jeune fille est tiraillée entre les deux hommes. L’auteur pose la question de comment échapper à son destin et celle des choix que l’on fait au cours de son existence. La pièce va à cent à l’heure. On a même parfois l’impression de se retrouver dans une série policière. Les séquences se succèdent, les personnages, happés par le chœur, apparaissent et disparaissent autour du personnage central d’Holloway. Nous passons d’une course de vélo à une bagarre, une séquen-ce d’anniversaire mémorable entre la mère en prison et sa fille, une course-poursuite avec la police, une trahison, une amitié perdue et un grand dilemme : faut-il aller en prison à la place de son amoureux ou échapper à la prison en « balançant » ceux qui ont fait le coup ? Evan Placey écrit une fiction de théâtre social percutante. Sa forme chorale permet plein d’inventions dans la mise en jeu. Dès la lecture, Holloway Jones donne envie de bouger et de voir la version scénique proposée par la Compagnie Ariadne.

L. C.

Holloway Jones d’Evan Placey
Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par
A. Pralon, Théâtrales jeunesse, 104 p., 9

Holloway Jones d’Evan Placey Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°177 , octobre 2016.
LMDA PDF n°177
4.00 €
LMDA papier n°177
6.50 €