La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Clairières de Louis Jeanne

novembre 2016 | Le Matricule des Anges n°178 | par Richard Blin

Le deuxième livre de Louis Jeanne – après Dreuse (P-G de Roux, 2012) – s’adresse à ceux pour qui la lecture ne se réduit pas à sa seule fonction distractive. Nourri de littérature, resserré autour d’un mystère, il est le récit d’une étrange rencontre avec un ancien avocat qui a totalement perdu l’estime de soi et s’est retiré dans un gîte au cœur des bois. Avant de tirer un trait définitif sur « une vie qui n’en avait pas été vraiment une », il loue les services d’une femme, écrivain public, pour lui confier ses mémoires. Deux fois par semaine, il lui livre des bribes de son existence passée.
Un non-dit cependant demeure, que la rencontre avec le propriétaire du gîte et des bois environnants, va l’aider à lever en partie. Mais, si elle apprend que l’ancien avocat est un écrivain qui ne se sent bien ni dans la vie ordinaire ni dans celle des lettres, il lui reste à comprendre comment on peut en venir à la détestation de soi quand on a été capable d’écrire ce qu’il a écrit. Un questionnement qui va la conduire à remettre en cause les fondements mêmes de son existence. Une révélation qui passe par l’initiation aux sortilèges de la forêt, l’immersion dans un monde lavé de l’homme, gardant une réserve d’étrangeté, et comme demeuré à l’état libre et naturel.
Mais plus que l’intrigue, c’est le tissu de l’écriture qui retient. Une écriture qui nomme ses modèles (Gracq, Quignard, Des Forêts…), s’enracine dans une tradition, témoigne de ce continuum vivant qu’est la littérature. L’histoire n’est que le prétexte au déploiement d’une phrase qui interpose sa propre matière entre le lecteur et ce qu’elle donne à entendre. Devant cette pâte que la syntaxe étire, triture et travaille, ce lecteur devient le spectateur d’une écriture s’engendrant sous ses yeux et lui donnant à deviner, derrière cet objet de jouissance, l’un des secrets de la littérature.

Richard Blin

Clairières de Louis Jeanne
Pierre-Guillaume de Roux, 208 p., 22

Clairières de Louis Jeanne Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°178 , novembre 2016.
LMDA papier n°178
6.50 €
LMDA PDF n°178
4.00 €