La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre La Grue du Japon

mars 2017 | Le Matricule des Anges n°181 | par Laurence Cazaux

La grue du Japon est l’un des plus grands oiseaux au monde. Avec une tache rouge sur sa tête, elle donne l’impression de saigner. Dans la mythologie taoïste, elle porte les immortels sur son dos. C’est cet oiseau-là qu’a choisi Fabrice Melquiot pour raconter son amour de la vie.
La Grue du Japon a été écrite pour Andréa Ferréol. Son personnage Anna Solari, une grande chanteuse lyrique, tombe amoureux à 70 ans d’un jeune homme de 29 ans, Bogdan, un peintre en bâtiment. Mais André, l’ancien compagnon d’Anna, fait une « tentative de jalousie » et cherche à détruire cette relation. Les répliques fusent, oscillant entre disputes et déclarations amoureuses. Anna se justifie : « je croyais qu’au téléphone, tu avais craché l’essentiel de ta morgue, de tes doutes, de tes inquiétudes, de tes gloussements, tes je-ne-sais-quoi. Bogdan a l’âge qu’il a. Et j’ai l’âge que tu sais. Et même si depuis trois mois j’ai l’impression de danser sur une corde avec un corps plus vraiment fait pour ça, je danse. »
Fabrice Melquiot nous livre une histoire toute simple de désir, désir de vivre, d’avoir toujours des projets pour s’empêcher de mourir tout à fait. La pièce est tendre, joyeuse et touchante à la fin. Bogdan quitte Anna qui retrouve André avant un dernier grand départ. Il a vendu sa maison, brûlé ses tableaux, sa tête s’emmêle un peu, mais il veut aller voir la grue du Japon. Pour lui, « L’important c’est l’oiseau qu’on voit s’envoler. »
« Un oiseau rare va se mettre à danser et je veux le voir et je veux le peindre pour mieux le voir et puis après, une fois que je l’aurais vu en le peignant, dans ses moindres détails, je détruirai le tableau et l’oiseau vivra entre nous. Toi et moi. » Tous deux vont partir en Chine, sur les rives du lac Khanka, là où se reproduit la grue du Japon, histoire de célébrer la beauté du monde.

L. Cazaux

La Grue du japon de Fabrice Melquiot
L’Arche, 92 pages, 13

Le Matricule des Anges n°181 , mars 2017.
LMDA papier n°181
6.50 €
LMDA PDF n°181
4.00 €